Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Le coût de la grève à la SNCF





Le 6 Juin 2016, par

Les contestations contre la Loi Travail qui durent depuis des mois en France ont été l'occasion, pour les syndicats de la SNCF, de réaliser un tour de force : ils ont fait grève contre la loi portée par la ministre Myriam El-Khomri mais également pour accepter leurs revendications au niveau de la renégociation de leur contrat de travail. Mais la SNCF va payer ces revendications au prix fort.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Dans un entretien accordé au Journal Du Dimanche, publié le 5 juin 2016, Guillaume Pépy, président de l'entreprise publique, a estimé que la grève a déjà coûté plus de 300 millions d'euros à la SNCF. Un chiffre peut-être plus élevé que la réalité, mais qui s'en rapproche selon des sources concordantes relayée par la presse française.

La grève coûterait en effet un peu plus de 20 millions d'euros par jour et a déjà duré 13 jours. Soit un total de 260 millions d'euros qui pourrait encore augmenter, les cheminots n'ayant pas annoncé leur intention de stopper le mouvement.

La grève coûte cher à la SNCF car l'entreprise subit une double perte. D'une part elle perd de l'argent à cause des suppressions de trains et des retards, qui réduisent le nombre de billets vendus, et d'autre part elle doit rembourser ou échanger les billets déjà vendus. Une double perte, donc, qui risque de faire tomber l'entreprise dans le rouge.

En 2015, lors de la publication des résultats annuels, l'entreprise avait enregistré un bénéfice net de 377 millions d'euros (bien que les 12 milliards d'euros de dépréciation d'actifs aient fait plonger le groupe dans le négatif). Si la grève continue encore plusieurs jours, la SNCF risque donc de perdre tout ce qu'elle a gagné en 2015. Une mauvaise nouvelle alors que le groupe n'est pas au mieux de sa forme.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook