Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Le gouvernement va baisser les charges des agriculteurs





Le 18 Février 2016, par

La grogne des agriculteurs dont la survie est menacée par la concurrence sur les prix que se font les distributeurs, semble avoir été entendue, tout du moins en partie. Mercredi 17 février 2016, à l'Assemblée Nationale, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé diverses mesures permettant de réduire les charges qui pèsent sur les agriculteurs. Mais rien ne sera fait au niveau du réseau de distribution.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
A l'Assemblée Nationale Manuel Valls s'est rangé du côté des agriculteurs. A un peu plus d'un an de la prochaine élection présidentielle, le PS ne pouvait certainement pas laisser la crise s'enliser et les rapports s'envenimer. Du coup le Premier ministre a annoncé une baisse des charges de 7 % pour les agriculteurs. " Cumulée à la baisse de 3 % des cotisations familiales annoncée début 2015, cette disposition revient à réduire les cotisations sociales agricoles de -10 %" a-t-il précisé.

La mesure devrait toutefois coûter cher au gouvernement : 780 millions d'euros. Mais les agriculteurs devraient être satisfaits : ainsi faisant le gouvernement a baissé les charges des agriculteurs à 35 % contre 45 %... et porte le total à un niveau plus proche de la moyenne européenne qui s'établit à 30 %. De fait, les agriculteurs devraient retrouver un peu de compétitivité dans un marché très compliqué.

Si la baisse des charges résout une partie du problème, le nœud principal n'est pas défait : les distributeurs, qui négocient avec les agriculteurs, continuent de se mener une guerre sans merci et de faire baisser les prix d'achat afin de baisser les prix en magasin et d'augmenter leurs marges. Une situation qui complique la survie des exploitants mais pour laquelle le gouvernement n'a aucune solution : mercredi 17 février 2016 Manuel Valls a réitéré que "L'Etat ne peut pas fixer les prix".


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook