Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Macron croit au déficit de 3% en 2017 mais sans économies supplémentaires





Le 3 Mars 2015, par

Décidément entre Bruxelles et Paris rien ne va plus. Alors que la Commission Européenne a demandé à la France un effort de 4 milliards d'euros de plus pour 2015 et 30 milliards d'euros de plus sur la période 2015 – 2017, Paris a répondu un "non" sec. De quoi envenimer les relations déjà particulièrement tendues entre le gouvernement et l'Union Européenne. Pourtant, à en croire le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, les économies déjà prévues seraient suffisantes.


shutterstock/economiematin
shutterstock/economiematin
Est-ce un problème de calculs celui qui oppose la France et Bruxelles, ou est-ce un débat de sourds ? En tout cas les chiffres ne correspondent pas bien qu'ils visent exactement la même chose : que la France fasse baisser son déficit en dessous de 3% à l'horizon de 2017, objectif qui permettrait à l'Hexagone de rentrer dans les clous au niveau du Pacte de Stabilité européen.

Selon la France, dont la position a été répétée encore ce lundi 2 mars 2015 par Emmanuel Macron, les 50 milliards d'euros d'économies prévues en trois ans, entre 2015 et 2017, suffiront pour réduire ce déficit en dessous de 3%.

Pour Bruxelles, au contraire, il faut que la France réalise 30 milliards d'euros d'économies de plus sur la même période, soit un total de 80 milliards d'euros d'économies. Une demande que le gouvernement qualifie de "surenchère abstraite" et à laquelle il n'a aucune intention de se plier.

Emmanuel Macron a été clair sur ce point : " Nous ferons les 50 milliards d'économies prévus, et c'est suffisant pour faire repasser notre déficit sous la barre des 3 % de PIB"

Mais le dernier mot reviendra aux divers ministres européens des Finances qui se réuniront ce vendredi 6 mars 2015 pour voter et approuver ou rejeter la proposition de la Commission Européenne. Paris a déjà commencé à faire son lobbying pour tenter de sauver les meubles.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook