Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Manipulation du Libor : Deutsche Bank passe à la caisse





Le 24 Avril 2015, par

C'est probablement l'une des dernières condamnations de banques qui ont été accusées d'avoir manipulé le taux interbancaire Libor (et son équivalent européen Eurolibor) : la banque allemande Deutsche Bank a annoncé avoir conclu un accord à l'amiable avec les autorités britanniques et américaines et avoir accepté celle qui est à ce jour la plus lourde amende dans ce scandale.


​Manipulation du Libor : Deutsche Bank passe à la caisse
Le jeudi 23 avril 2015 le verdict est tombé et il va coûter cher à la banque allemande Deutsche Bank principale accusée dans le scandale de la manipulation des taux interbancaires Libor (London Interbank Offered Rate) et Eurolibor durant la période allant de 2005 à 2010. LA banque a plaidé coupable et est parvenue à un accord à l'amiable.

Un accord qui lui coutera une amende de 2,5 milliards de dollars dont 2,17 milliards iront aux autorités américaines et le reste aux autorités britanniques, les deux pays ayant lancé des procédures contre l'établissement financier.

L'accusation reprochait à Deutsche Bank, et surtout à certains de ses traders, d'avoir manipulé le cours du Libor en s'entendant avec d'autres banques sur ce taux. Or ce taux a un impact direct sur plusieurs produits financiers parmi lesquels des crédits immobiliers et à la consommation, soit des crédits contractés par les ménages.

C'est la deuxième amende que la Deutsche Bank accepte de payer dans cette affaire. La première, de 725 millions d'euros, remonte à décembre 2013 ; la banque allemande avait alors conclu un accord à l'amiable avec les autorités européennes qui menaient également l'enquête.

Jürgen Fitschen et Anshu Jain, les deux dirigeants de Deutsche Bank, ont déclaré regretter "profondément" cette affaire et ces manipulations interdites.

Deutsche Bank n'est toutefois pas la seule banque qui a été condamnée dans ce scandale dévoilé mi-2012 : UBS, JPMorgan ou encore la Royak Bank of Scotland étaient également au centre d'enquêtes diverses et ont déjà payé plusieurs amendes.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook