Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Mitsubishi au centre d'un nouveau scandale automobile





Le 20 Avril 2016, par

Après le scandale Volkswagen, né aux Etats-Unis et qui a rapidement concerné le monde entier, le secteur automobile est frappé de plein fouet par un nouveau scandale de tricherie. Cette fois c'est le japonais Mitsubishi qui aurait modifié les résultats de consommation de plusieurs centaines de milliers de voitures, la grande majorité vendues sous une autre marque : Nissan.


CC/Pixabay/Savanna
CC/Pixabay/Savanna
Dans une conférence de presse donnée à Tokyo mercredi 20 avril 2016, la direction de Mitsubishi Motors a confirmé qu'elle avait "triché". Si elle n'a pas inséré un logiciel truqué dans les moteurs, comme l'a fait Volkswagen, elle aurait déclaré une consommation inférieure à la consommation réelle aux autorités.

Selon Mitsubishi, 625 000 véhicules seraient concernés. Ils seraient tous de petits véhicules, style citadine, sans plus de précisions pour l'instant. Mais, surtout, 75 % d'entre eux n'auraient pas été vendus sous la marque Mitsubishi mais sous la marque Nissan. Or la marque Nissan est partenaire, en France, de Renault. Le groupe français va sans doute devoir demander des comptes à Nissan et Mitsubishi afin de vérifier qu'il n'est pas également impacté. Mais pour l'instant, selon Mitsubishi, uniquement des véhicules vendus sur le marché japonais seraient concernés.

Reste maintenant à savoir quel sera l'impact de ce nouveau scandale automobile sur la marque japonaise. La Bourse a déjà sanctionné le constructeur d'une baisse de 15 % de sa capitalisation mais les autorités japonaises n'ont pas encore décidé de la suite à donner à l'affaire. Mitsubishi pourrait se retrouver, comme Volkswagen, au centre d'une enquête dans laquelle elle risquerait une lourde amende.

En attendant, le groupe japonais a annoncé avoir entamé les discussions avec Nissan pour une compensation.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook