Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Parler politique au travail c'est tabou





Le 29 Septembre 2015, par

La question de révéler, ou non, ses opinions politiques sur son lieu de travail est épineuse : cela peut engendrer des tensions, une mauvaise relation avec les collègues ou pire des représailles. C'est pour cette raison que, selon le dernier sondage sur la question mené par Qapa, les Français préfèrent largement éviter de mentionner de quel "bord" ils sont à leurs collègues et sur leur lieu de travail.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Pour 65% des Français la question ne se pose même pas : parler politique au travail est tout simplement dangereux. On se doute bien évidemment du pourquoi : les opinions politiques peuvent être source de tensions et de mauvaises relations... sans compter qu'elles risquent de lancer des débats sans fin sur la question de savoir qui de la droite ou de la gauche prend les meilleures décisions. Et nous ne mentionnons même pas les opinions extrêmes.

Du coup, et sans surprise, selon le sondage Qapa seuls 34% des Français osent parler politique au travail. Pour ce qui est d'exprimer clairement les convictions la part des courageux tombe à 30% des salariés. Le lieu de travail semble être donc un milieu apolitique en France.

Toutefois il ressort du sondage qu'il y a un paradoxe : si les salariés ne parlent pas politique ceux qui en font n'en subissent pas les conséquences. Seuls 9% des interrogés estiment avoir été victimes de harcèlement, de dénigrement ou d'un licenciement à cause de leurs opinions.

De la même manière pour 95% des salariés travailler avec quelqu'un qui ne partage pas les mêmes opinions politiques qu'eux n'est pas un problème montrant que le clivage droite/gauche n'empêche pas une bonne ambiance ou un bon travail.

Reste que l'appréhension est de mise... même durant l'entretien d'embauche : pour 62% des interrogés exprimer une opinion politique lors de l'entretien peut influencer le recruteur.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook