Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Pour Christine Lagarde le plan les rachats d'actifs ne sont pas suffisants seuls





Le 23 Janvier 2015, par

Ce jeudi 22 janvier 2015 la BCE a lancé, enfin, son plan de rachat d'actifs à l'issu d'une réunion très attendue. Les rumeurs concernant ce plan couraient depuis bonne lurette dans les couloirs des banques et des gouvernements mais Mario Draghi a réussi à surprendre tout le monde en annonçant des montants que personne n'attendait. Mais pour la présidente du FMI ce ne sera pas suffisant s'il n'y a pas de réformes derrière.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Mario Draghi et la Banque centrale européenne ont donc lancé leur "bazooka" : un plan de rachat d'actifs de 60 milliards d'euros par mois pour un total estimé à 1 100 milliards. Et qu'il leur sera toujours possible de rallonger si ce n'est pas suffisant. De quoi laisser bouche-bée tous les analystes qui tablaient plus sur une cinquantaine de milliards d'euros par mois et un montant maximum de 1000 milliards.

Mais une voix discordante s'est levée sur France 2 ce jeudi 22 janvier 2015 : celle de Christine Lagarde, présidente du FMI. Pour elle ce rachat d'actif risque de ne pas être "suffisant pour relancer l'activité européenne et soutenir la croissance". Car les réformes restent de mise.

"Il faut en plus des réformes structurelles de fond qui permettent d'améliorer la compétitivité d'un certain nombre d'économies" a-t-elle déclaré sur France 2.

Une voix discordante, donc, qui n'est pas sans rappeler la position de la chancelière allemande Angela Merkel et de la Bundesbank, tous deux assez réticents si ce n'est opposés à ce programme de rachat d'actifs par la BCE. Pour Mme Merkel un tel programme risque de détourner les Etats-membres des réformes entamées ou annoncées.

Néanmoins, bien que la président du FMI reste critique, elle se félicite pour cette action de la BCE. Tout en posant une question qui reste en suspens : "est-ce que les banques vont se sentir suffisamment en confiance pour prêter à l'économie?"


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook