Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Smart France : les salariés passent aux 39 heures





Le 16 Décembre 2015, par

C'est une petite révolution qui devrait plaire à Pierre Gattaz, président du Medef, qui s'est jouée à l'usine Smart de Hambach, en Moselle : les salariés ont, selon un communiqué du constructeur, largement accepté le passage aux 39 heures. Une petite victoire pour le patronat qui demande, depuis des années, la suppression des 35 heures en France, un acquis social sur lequel le gouvernement n'a aucune intention de revenir.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
La demande de Smart était assez simple : afin de maintenir l'emploi dans l'usine française et de gagner en compétitivité le groupe demandait aux salariés d'accepter de travailler 39 heures par semaine au lieu de 35 heures. En échange de cela, soit d'une augmentation du nombre d'heures travaillées de 12%, le groupe aurait accordé une augmentation salariale de 6%.

Mais, surtout, il aurait lancé le "pacte 2020" ce qui garantissait l'emploi dans l'usine jusqu'en 2020. Un argument de taille dans une région où le chômage est des plus élevés en France.

Smart avait déjà demandé l'avis des salariés le 11 septembre 2015 lors d'un référendum largement médiatisé. A l'époque quelques 56,1% des salariés s'étaient prononcés favorablement mais les syndicats CGT et CFDT, majoritaires, refusaient un accord syndical. Smart a alors dû demander à chaque salarié individuellement de signer l'avenant au contrat de travail instaurant les nouvelles conditions.

Si le nombre de salariés acceptant l'avenant dépassait les 75% le "pacte 2020" aurait été lancé. Selon un communiqué de l'entreprise publié ce mercredi 16 décembre 2015, c'est chose faite : 90% des salariés ont déjà signé. Les 10% restants ont jusqu'au 18 décembre pour le faire.

"Je suis très fière de notre équipe Smart de Hambach qui a montré un engagement très fort pour améliorer la compétitivité de notre site de production" a déclaré Annette Winckler, responsable de la division Smart chez Daimler, la maison-mère.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook