Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Uber aurait perdu 1 milliard de dollars en six mois en 2015





Le 13 Janvier 2016, par

Malgré une implantation rapide dans plus de 350 villes dans le monde et un succès grandissant, la start-up à la valorisation record Uber n’est toujours pas rentable. Selon le site The Information, ses pertes seraient même en forte hausse à cause d’une stratégie agressive et de frais marketing très élevés. Le groupe serait encore en train de vivre sur le cash cumulé lors de ses levées de fonds mais ce dernier n’est pas infini.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Les chiffres d’Uber sont impressionnants : 62,5 milliards de dollars de valorisation à grands coups de levées de fonds et 3,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires entre janvier et juin 2015. Le groupe aurait de quoi se féliciter mais les informations dévoilées ce mardi 12 janvier 2016 par The Information donnent un autre aperçu de la situation.

Uber aurait perdu, sur les six premiers mois de l’année passée, près de 987 millions de dollars. Un tiers de plus que sur l’ensemble de l’année 2014 ce qui signifie tout simplement que ses pertes sont en forte hausse. En extrapolant les pertes pour 2015 pourraient dépasser 1,9 milliard de dollars.

Pour l’instant Uber n’a pas vraiment de soucis à se faire : le groupe avait encore 4,1 milliards de dollars de trésorerie disponible fin juin 2015 ce qui lui permet largement de couvrir ses dépenses. Mais ces pertes expliquent également les levées de fonds successives lancées par la start-up : 7 milliards de dollars auprès d’investisseurs ont été récupérés par Uber depuis 2009.

Si Uber a autant besoin d’argent c’est à cause de sa stratégie : le groupe utilise un marketing très agressif lors de son implantation dans une ville ce qui... lui coûte cher. 295 millions de dollars pour le premier semestre 2015 contre 246 millions pour l’ensemble de 2014. A cela s’ajoutent les salaires et les bonus en actions des nombreux ingénieurs que la start-up débauche partout dans la Silicon Valley et qui lui ont coûté 166 millions de dollars entre janvier et juin 2015.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook