Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

15.000 suppressions de postes chez Airbus





Le 30 Juin 2020, par La rédaction

Airbus ne fait pas dans la demi-mesure. Le constructeur européen a annoncé un plan social de très grande ampleur : l'avionneur va supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 5.000 en France.


Un plan social de grande ampleur

Le couperet était attendu, il est tombé et il fait mal. Airbus a annoncé mardi 30 juin la suppression de 15.000 emplois dans le monde, sur des effectifs de 135.000 salariés. La France est particulièrement touchée avec 5.000 postes menacés, l'Allemagne l'est encore davantage avec 5.100 postes. Au Royaume-Uni, Airbus va supprimer 1.700 emplois, en Espagne 900. 1.300 postes seront détruits dans le reste du monde. La direction va engager des discussions avec les syndicats pour trouver des accords et lancer les coupes d'ici à l'été prochain.

Le coup est rude pour le premier avionneur mondial. Son président exécutif, Guillaume Faury, avait passé les dernières semaines à préparer les esprits à la mauvaise nouvelle. Il avait ainsi évoqué il y a quelques jours la réduction de la production de 40%, en lien avec la chute du trafic aérien de 40% en raison de la crise sanitaire. La demande en avions neufs de la part des compagnies aériennes, qui se battent également pour ne pas disparaitre, a fondu de 40 à 60% pour les trois prochaines années.

Le trafic aérien en panne

Pour justifier ce plan de grande envergure, la direction du groupe s'appuie sur un trafic aérien qui ne devrait pas renouer avec les niveaux d'avant le coronavirus avant 2023, « voire 2025 ». Airbus, qui remercie les gouvernements de leur soutien, doit désormais « prendre des mesures supplémentaires qui reflètent les perspectives de l'industrie au sortir de la crise du Covid-19 ».

Du côté du gouvernement français, qui a mis les grands moyens pour sauver le secteur aéronautique et Airbus, on joue franc jeu : « Le secteur de l'aéronautique fait face à un choc massif, brutal et durable. Il est fort probable que la reprise sera progressive. Nous ne l'avons jamais caché », a réagi Bercy. Le ministère de l'Économie, qui rappelle la mise en œuvre d'un plan de 15 milliards d'euros, demande tout de même de « réduire au maximum les départs contraints ». Airbus va utiliser des départs volontaires, des retraites anticipées, du chômage partiel de longue durée, mais sans promettre de ne pas recourir à des licenciements secs.



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook