Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

4 milliards d'euros pour soutenir les start-up





Le 25 Mars 2020, par La rédaction

Le gouvernement va mettre 4 milliards d'euros sur la table pour soutenir les start-up françaises, a annoncé le secrétaire d'État au numérique, Cédric O.


La French Tech en crise

Pas question de laisser tomber les start-up françaises que le gouvernement soutient depuis plusieurs années au sein de l'initiative « French Tech ». La crise sanitaire et économique frappe aussi ces jeunes entreprises aussi prometteuses que fragiles : « Une biotech peut mettre 10 ans de recherche à sortir son produit, sans réaliser de chiffre d'affaires. Et si on détruit ce tissu au cœur de notre stratégie, de la compétitivité et de la souveraineté française, le risque est qu'on mette des années à le reconstituer », soutient Cédric O. Plusieurs mesures sont mises en place pour soutenir ces sociétés, à commencer par des prêts de trésorerie garantis : cela représente 2 milliards d'euros.

Des aides et des crédits d'impôts pourront être versés de manière anticipée. Cette avance de trésorerie représente 1,5 milliard, selon le secrétaire d'État. Le gouvernement pourrait aussi accélérer le versement en avance des aides à l'innovation inscrites dans le programme d'investissement d'avril et dont le montant est de 250 millions d'euros : celles-ci ont déjà été attribuées mais pas encore versées.

L'aide des fonds privés

Bpifrance va aussi puiser dans une enveloppe d'un montant de 80 millions dans le but de financer des crédits relais entre deux levées de fonds. La contraction du capital-risque réduit fortement la capacité des start-up à lever des fonds actuellement. Par ailleurs, ces entreprises recevront un total de 1,3 milliard d'euros d'aides à l'innovation sous forme de « subventions, avances remboursables, prêts, etc. » dans le cadre d'un programme mis en place avant la crise.

Par ailleurs, Cédric O recevra ce jeudi des investisseurs privés. Ces derniers ont la tentation de « garder de la réserve » et « laisser passer la crise », selon le secrétaire d'État. Mais ce n'est pas la bonne attitude. « On aura un discours assez franc, nous savons ceux qui jouent le jeu et ceux qui ne le font pas ». C'est pourquoi Cédric O leur demandera de prendre leurs responsabilités dans ce moment d'unité nationale.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook