Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

60% des emplois affectés par l'intelligence artificielle





Le 16 Janvier 2024, par La rédaction

L'impact potentiel de l'intelligence artificielle sur l'emploi mondial soulève des questions sur l'avenir du travail, la distribution des richesses et la préparation des économies à cette transition. La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a abordé ces enjeux.


Une transformation globale du travail

Selon les observations de Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), l'intelligence artificielle (IA) est sur le point de transformer radicalement le paysage de l'emploi à l'échelle mondiale. Dans une récente interview accordée à l'AFP, elle a mis en lumière que près de 60 % des emplois dans les économies avancées pourraient être affectés par le développement de l'IA. Cette révolution technologique ne se limite pas aux nations riches ; environ 40% des emplois mondiaux subiront également son influence.

Kristalina Georgieva souligne que les impacts de l'IA ne sont pas exclusivement négatifs. Pour de nombreux professionnels, notamment ceux occupant des postes hautement qualifiés, cette évolution pourrait se traduire par une augmentation significative de leurs revenus. Elle met en avant que l'avènement de l'IA pourrait générer une hausse de productivité, mais pose la question cruciale de la répartition équitable de ces gains.

L'intelligence artificielle, autant un risque qu'une opportunité

Selon un rapport du FMI, publié en amont du Forum économique mondial de Davos, l'un des risques majeurs identifiés est l'accentuation des inégalités salariales. Les travailleurs des classes moyennes pourraient être particulièrement touchés, tandis que ceux bénéficiant déjà de revenus élevés pourraient voir leur situation s'améliorer de manière disproportionnée.

Face à ces changements, certains pays, tels que Singapour, les États-Unis et le Canada, se distinguent par leur préparation proactive à l'intégration de l'IA. Toutefois, la directrice du FMI insiste sur l'importance de se concentrer également sur les pays à revenus plus faibles, afin qu'ils ne soient pas laissés pour compte dans cette transformation mondiale. Elle appelle à une action rapide pour leur permettre de tirer parti des opportunités offertes par l'IA.

Dans un contexte de ralentissement économique global, Kristalina Georgieva voit dans l'IA un potentiel moteur de relance de la productivité. Tout en reconnaissant que l'IA peut susciter des craintes, elle la considère aussi comme une opportunité immense pour tous. Son message est clair : il s'agit moins de se laisser dominer par la peur de l'IA que de chercher à maximiser les avantages qu'elle peut apporter.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook