Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

7.000 postes supprimés à la SNCF entre 2017 et 2019





Le 21 Décembre 2020, par La rédaction

La SNCF dégraisse. Depuis 2017, les effectifs ont fondu de 7.000 postes, selon le « bilan social 2019 » de l'entreprise. Les syndicats sont inquiets de cette tendance qui pourrait s'accentuer suite à la crise sanitaire.


Des effectifs de 152.700 agents fin 2019

En 2017, les effectifs de la SNCF comptaient 159.700 agents. Deux ans plus tard, fin 2019, ces effectifs sont passés à 152.700 agents. 7.000 postes ont été supprimés durant cette période, soit près de 5 %, constate le « bilan social 2019 » de l'entreprise. La SNCF a embauché 14.800 personnes en CDI entre 2017 et 2019, tout en enregistrant 21.500 départs de salariés en contrat à durée indéterminée (départs à la retraite, démissions, ruptures conventionnelles, départs volontaires, ou encore licenciements). 

En 2019, les départs à la retraite ont diminué de 14,8 % par rapport à l'année précédente. Les départs en général ont aussi reculé de 2,5 %, à 6.600 personnes qui ont quitté le groupe. Mais les démissions ont bondi de manière significative : +26 %, soit 1.300 personnes. C'est encore plus impressionnant pour les ruptures conventionnelles, qui ont explosé de 66 % d'une année sur l'autre (cela représente 470 départs). Les départs volontaires enregistrés en 2019 ont doublé depuis 2017 : 582 contre 298. En revanche, ces départs ont baissé de 14 % sur un an.

Attractivité de la SNCF

2018 a été une année charnière pour la SNCF. La réforme ferroviaire a en effet été votée, malgré un mouvement social de grande ampleur au sein de l'entreprise. C'est à partir du 1er janvier 2020 que le groupe a cessé d'embaucher au statut de cheminot. L'an dernier, la SNCF a engagé 4.100 personnes en CDI, dont 2.352 au statut. C'est 6,5 % de moins par rapport l'année précédente. Le point noir de ces embauches touche les jeunes de moins de 25 ans : ils sont en forte diminution de 18 % avec 6.200 embauches (1.325 au statut).

Les syndicats s'appuient sur ce bilan social pour exiger une revalorisation des salaires, pour l'Unsa ferroviaire. Pour le deuxième syndicat de la SNCF, les cheminots souffrent d'un manque de reconnaissance et de plans de carrière. Pour SUD-Rail, troisième organisation syndicale du groupe, la SNCF ne parvient plus à séduire, son attractivité est en baisse et « une partie toujours plus importante des nouvelles recrues démissionnera dans la première année ».



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook