Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

737 MAX : Boeing essuie la plus grosse perte de son histoire





Le 24 Juillet 2019, par

Les déboires du 737 MAX pèsent lourdement sur les comptes de Boeing, qui a annoncé la plus grosse perte trimestrielle de son histoire : près de 3 milliards de dollars.


Cloués au sol depuis plus de quatre mois en raison de deux accidents ayant provoqué de terribles pertes humaines, le 737 MAX n'est toujours pas autorisé à reprendre ses vols. Les affaires de Boeing plongent : au deuxième trimestre, le constructeur américain a annoncé un chiffre d'affaires de 15,75 milliards de dollars, en chute de 35%. Et une perte de 2,94 milliards, la plus importante de l'histoire de l'entreprise. Bien plus encore que les 1,6 milliard essuyés au troisième trimestre 2009. Le groupe a dû provisionner une charge de 5,6 milliards pour le trimestre : sans cette charge, les comptes auraient été dans le vert à 2,2 milliards.

Ces 5,6 milliards de dollars vont servir à indemniser les compagnies aériennes qui ne peuvent faire voler leurs 737 MAX. Elles ont dû mettre en place des solutions de remplacement pour des milliers de vols, ce qui leur a coûté beaucoup d'argent. Boeing leur proposera des rabais, mais aussi des services de maintenance ainsi que des formations pour leurs personnels. La somme ne couvre cependant pas les éventuelles sanctions que les autorités américaines pourraient prendre : plusieurs enquêtes sont en cours pour déterminer l'implication de Boeing.

Le 737 MAX est l'avion le plus populaire dans le catalogue de Boeing, avec des carnets de commandes et de livraisons plein. Il importe que le constructeur installe le plus rapidement possible le correctif pour son système anti-décrochage, à l'origine des deux crashs. L'entreprise espère obtenir l'aval de l'agence américaine de l'aviation d'ici la fin de l'année.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Boeing

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook