Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

8 cadres franciliens sur 10 voudraient quitter la région parisienne





Le 28 Août 2018, par Paul Malo

Temps de transport, coût de la vie, manque de nature… autant de raison de vouloir quitter l’île-de-France pour les cadres.


55% pas satisfaits de leur vie actuelle

Ils vont retrouver la région parisienne à regret après deux mois de congés… 55% des cadres franciliens se déclarent insatisfaits de leur vie actuelle. Pourtant, la capitale ne manque pas d’atouts, entre la richesse de sa  vie culturelle (85%), l'accès rapide à tous les services (80%), sans oublier l'intérêt pour leur travail (67%). Pourtant, tout cela ne suffit pas. Car, en même temps, les cadres franciliens trouvent les Parisiens stressés (94%), désagréables (61%) et hautains (60%)…

Plus d'inconvénients que d'avantages

Résultat : plus de huit cadres franciliens sur dix (84%) envisagent de quitter la région parisienne pour s'installer ailleurs en France. Plus encore, 70% comptent le faire dans les trois prochaines années, selon une enquête publiée mardi 28 août par Cadremploi. Un peu plus d’un sur quatre (28%) réfléchit même à s'installer en région dans les douze prochains mois.Parmi les candidats au départ, près de la moitié se disent prêt à une reconversion professionnelle (48%), voire à consentir une baisse de salaire (47%). Une baisse pouvant aller jusqu'à 5000 euros de leur salaire annuel brut, pour 62% des sondés. Sans surprise, les cadres qui vivent et travaillent en banlieue sont parmi les plus mécontents: : alors qu'ils constituent seulement 33% de l'échantillon de total de personnes interrogées, ils représentent en revanche 57% des insatisfaits…
 

Pourquoi quitter Paris ?

Pourquoi quitter Paris ? Du fait du coût de la vie, des temps de transport et du manque de proximité avec la nature. Le coût de la vie, trop élevé pour 77% d'entre eux, constitue leur première plainte, devant le temps de transport, plus d'une heure et demie quotidienne pour près de la moitié d'entre eux (49%),. Sans oublier le manque de proximité avec la nature (54%), l'environnement dégradé (48%) et les problèmes de logement (48%).  Quitter Paris et ses environs leur permettrait, avec leurs proches, de bénéficier d’un cadre de vie plus agréable (selon 90% d'entre eux), et d’un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle (65%).

Destination... Bordeaux !

Mais partir de la région parisienne pour aller où ? Comme dans la livraison 2017 de cette étude annuelle, Bordeaux arrive largement en tête des villes d'accueil préférées des cadres franciliens (58%); devant Lyon et Nantes (41% chacune), suivies de Toulouse (30%) et Montpellier (28%).


 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook