Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

A la découverte de La Vallée des Saints





Le 29 Juillet 2020, par Christine de Langle

« Apprends moi les mots qui réveillent un peuple et j’irai, messager d’Espérance, les redire à ma Bretagne endormie » telle est la devise de la Vallée des Saints d’après les mots du poète Yan-Ber Calloc’h


Saint Colomban, sculpture de Didier Hardellet
Saint Colomban, sculpture de Didier Hardellet
Vous connaissez la Bretagne. Rennes et le Parlement de Bretagne, les côtes découpées du Nord-Finistère ou les îles paradisiaques du Morbihan. Partons en centre Bretagne, région moins connue, à la découverte de La Vallée des Saints qui attire aujourd’hui 600 000 visiteurs par an.

C’est par une petite route de campagne qu’on accède à ce lieu exceptionnel, véritable concentré de l’histoire de la Bretagne depuis les Romains : une motte féodale qui surplombe au Moyen-âge la voie romaine conduisant à Carhaix, une chapelle classée monument historique et un site archéologique.

L’appellation Vallum (lieu fortifié en latin) explique en partie cette « Vallée » qui domine un vaste paysage de campagnes et de forêts et offre à l’oeil un 360 degrés à couper le souffle. C’est aussi une référence au projet « fou » du fondateur, Philippe Abjean, créer un lieu d’éternité, à l’égal de la Vallée des Rois en Egypte, dédié aux saints bretons, à l’origine de tant de noms de lieux.
Projet collectif breton porté par une association reconnue d’intérêt général à caractère culturel, la Vallée des Saints a pour objet « la sauvegarde, la découverte et la promotion de la culture populaire bretonne liée aux Saints Bretons sous forme de création artistique ». L’alliance des visées économiques, touristiques, culturelles, artistiques et spirituelles rencontre très vite un succès inattendu. Il s’agit en effet de faire connaître ce centre Bretagne délaissé, faire travailler les granitiers bretons, recréer des chantiers artistiques et redécouvrir un cadre de références culturelles et spirituelles qui a façonné la Bretagne.
 
« Ile de Pâques bretonne » ou « Carnac du 3e millénaire » le site se peuple depuis 2009 de sculptures monumentales en granite, matériau dont la Bretagne est riche. Les sculptures financées par le mécénat (particuliers ou entreprises) sont réalisées sur le site lors de chantiers qui réunissent les compagnons sculpteurs. Un projet fédérateur qui a su réunir passé, présent et avenir de la Bretagne : sa culture, son dynamisme économique et touristique et sa foi en l’avenir. 133 statues sont déjà installées sur le site qui doit en recevoir mille ! Car la Bretagne, c’est « le Pays des Saints »  comme le confirment tant de noms de villes et villages, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Saint-Thégonnec ou Sainte-Sève.

Ces saints bretons qui sont-ils ? Venus d’Irlande, du Pays de Galles ou de Cornouaille, ils ont évangélisé la Bretagne à partir du 5e siècle. Ces saints étaient des hommes de foi et de bonne volonté, sorte de boat people qui avaient traversé la Manche dans des conditions improbables. La Vallée des Saints est une véritable « odyssée celtique » qui raconte l’histoire de Saint Corentin et son poisson, Saint Paul Aurélien, vainqueur d’un terrible dragon qui terrorisait les habitants de l’île de Batz au large de Roscoff, Saint Melar au bras et à la main d’airain, Saint Hervé et son loup, autant de réalités et personnages de contes ou de légendes qui ont alimenté les veillées d’autrefois, autant de mythes fondateurs qui ont structuré les communautés et les paroisses bretonnes et créé des références communes.
Au VIe siècle, la règle de Saint Colomban, « missionnaire de l’Europe » et défenseur d’un christianisme celtique coupé de Rome affronte la règle de Saint Benoit qui va l’emporter et répandre en Europe un puissant réseau de monastères bénédictins. Encore aujourd’hui, la Bretagne honore cette culture celtique face à la culture gréco-romaine.  Une culture dans laquelle l’imaginaire l’emporte souvent sur la raison. 
 
Sur cette colline inspirée de 10 hectares, face à ces saints fondateurs de la Bretagne, chaque visiteur chemine de statue en statue. Peut-être entend-il l’injonction de Plotin qu’aime rappeler Philippe Abjean « Ne cesse pas de sculpter ta propre statue » !
 

Saint Piran
Saint Piran
http://www.lavalleedessaints.com/
 
Christine de Langle, fondatrice d’Art Majeur
www.art-majeur.eu
Philippe Abjean, Un rêve de pierre, Ed. Salvator 2020

 


 


France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook