Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

À partir du 1er janvier, les médicaments vont coûter plus cher





Le 28 Novembre 2018, par

Les prix des médicaments vont augmenter à partir du 1er janvier, par le biais de l’honoraire de dispensation dont la hausse ne sera pas forcément compensée par les complémentaires santé.


Depuis quatre ans, les médicaments remboursés voient leur prix baisser, ce qui réduit d’autant la marge des pharmaciens. Afin de compenser cette perte de revenus, un nouveau dispositif dit honoraire de dispensation permet au professionnel de percevoir, en sa qualité de conseil, une rémunération sur chaque boîte de médicaments remboursable vendu — en l’occurrence, cette dispensation est fixée à 1,02 euro par boîte, peu importe le prix du médicament en question. Cet honoraire est pris en charge par la Sécu à hauteur de 65%, le reste par les mutuelles complémentaires.

Le Parisien explique cependant qu’à compter du 1er janvier, cet honoraire va varier en fonction du prix du médicament. Et les complémentaires ne prendront pas nécessairement en charge ces variations… Les patients pourraient donc en être de leur poche pour compenser la différence. Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), le confie au quotidien : « L’Assurance maladie nous l’a confirmé lors d’une réunion de travail le 14 novembre : si leurs contrats ne prévoient pas de rembourser les médicaments à 15% ou 30%, les complémentaires santé ne participeront pas aux honoraires du pharmacien ».

L’effet pervers de cette mesure est que la boîte de médicaments ne coûtera plus cher à l’assuré que si ce dernier en demande le remboursement : si ce n’est pas le cas, les honoraires de dispensation ne s’appliquera pas. Lésant au passage le pharmacien… Selon Philippe Gaertner, le patient n’a donc aucun intérêt à réclamer le remboursement de sa boîte. Il faut donc craindre un mouvement des pharmaciens pour mettre fin à cette zone grise.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : pharmacie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook