Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

À quoi sert l'argent des radars ?





Le 18 Octobre 2017, par

Les radars sont une manne pour les autorités, mais il est légitime de savoir ce que devient cet argent. À la demande de la Cour des comptes, le ministère de l'Intérieur a donné des chiffres plus précis.


L'an dernier, les infractions de la route ont représenté des recettes qui se sont élevées à 1,8 milliard d'euros, dont la moitié — 920 millions — provenait des radars automatiques. Une somme très importante donc, dont il est légitime de se demander à quoi elle est affectée. Le ministère de l'Intérieur indique que près de 92% des amendes « radar » vont alimenter les caisses des opérations visant à lutter et prévenir l'insécurité routière. Dans le détail, la place Beauvau explique que « la quasi-totalité des amendes radars (91,8%, soit 845,2 millions d'euros) » sont bel et bien affectées à ces opérations. « 8,2% (75 millions d'euros) affectés au désendettement de l'État », précise encore le ministère.

L'Agence de financement des infrastructures de transports en France reçoit 351,5 millions d'euros, les collectivités territoriales 254,7 millions, et la Délégation à la sécurité routière 239 millions. Le ministère détaille certaines utilisations de la manne des radars : l'argent a par exemple servi au bitumage du réseau routier, à sécuriser les tunnels, ou encore à poser des panneaux de signalisation intelligents. Et bien sûr, une partie du fruit des amendes a aussi servi au déploiement et à la maintenance des radars.

Le ministère de l'Intérieur va désormais livrer chaque année un rapport sur l'usage fait des amendes générées par les quelques 4 398 radars installés sur le territoire. Ces derniers ne sont pas implantés en fonction d'intérêts financiers, mais « uniquement pour contribuer à la réduction des morts et des blessés sur nos routes ». La publication de ce rapport vise à tordre le cou aux fantasmes liés au produit des amendes.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook