Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

ASML, leader européen pour la fabrication de puces, restreint ses exportations vers la Chine





Le 3 Janvier 2024, par La rédaction

La décision du gouvernement néerlandais de révoquer partiellement une licence d'exportation pour des équipements de fabrication de puces électroniques d'ASML vers la Chine marque un nouveau tournant dans les tensions commerciales sino-américaines.


Une décision stratégique qui pèse sur ASML

ASML, le géant néerlandais spécialisé dans la fabrication de machines pour semi-conducteurs, a subi un coup dur avec la révocation partielle d'une licence d'exportation vers la Chine. Cette décision, influencée par des restrictions similaires imposées par les États-Unis, affecte directement les expéditions de certains systèmes de lithographie, essentiels dans la production des circuits de puces électroniques. La société, qui domine le marché de ces systèmes, a précisé que cela impacterait un nombre limité de clients chinois.

Malgré cette contrainte, ASML se montre rassurante quant à ses perspectives financières pour 2023, minimisant l'impact de cette révocation sur son activité globale. Le troisième trimestre de l'année 2023 a vu la Chine devenir le premier marché d'ASML, représentant 46% de ses ventes, derrière Taïwan et la Corée du Sud. Cependant, les restrictions américaines récentes et la décision néerlandaise n'auraient pas d'« impact matériel » sur les projections financières de l'entreprise.

Répercussions politiques et économiques au-delà des frontières

Cette situation ne se limite pas à un simple conflit commercial entre entreprises. Elle s'inscrit dans un contexte géopolitique plus vaste, où les puces électroniques deviennent un enjeu stratégique majeur. Les États-Unis, en imposant ces restrictions, cherchent à limiter l'accès de la Chine à des technologies avancées, potentiellement utilisables dans le secteur des armes et des hautes technologies. Cette guerre froide technologique s'est intensifiée avec les récentes mesures prises par Washington.

Le gouvernement chinois, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a vivement réagi, qualifiant les actions américaines de « comportement d'intimidation » et soulignant leur impact négatif sur les chaînes d'approvisionnement internationales et l'économie mondiale. Pékin menace également de répliquer par des mesures similaires, notamment en restreignant l'exportation de métaux rares comme le gallium et le germanium, cruciaux dans la fabrication de semi-conducteurs.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook