Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Accor est encore loin d'acheter la part de l'État dans Air France-KLM





Le 5 Juin 2018, par

Alors qu'Air France est toujours en grande difficulté, le groupe hôtelier Accor a fait connaitre son projet de reprise de la part détenue par l'État français au sein du capital de la compagnie aérienne.


Il s'agit, selon les termes du groupe, de créer un « champion européen du voyage ». Un projet industriel ambitieux, qui nécessite l'acquisition par Accor des 14,3% de la part de l'État dans Air France-KLM ; mais au vu des difficultés actuelles de la compagnie aérienne, cette participation ne représente que 450 millions d'euros actuellement. Pas une bouchée de pain certes, mais un investissement stratégique en mesure de poser les fondations de ce champion européen. Néanmoins, la partie est loin d'être gagnée pour Accor.

D'une part, au sein même d'Air France-KLM, le doute est de mise. Les pilotes en particulier estiment certes que l'État représente plus un problème qu'une partie de la solution. Mais le projet d'Accor ne fait pas recette également, beaucoup craignent en effet que l'hôtelier exploite les données des voyageurs de la compagnie aérienne pour leur vendre des chambres, sans avoir d'autres visions pour Air France. L'entreprise n'est cependant pas fermé à l'idée d'un rapprochement, mais plutôt via un accord commercial, pas une acquisition de capital.

D'autre part, le gouvernement n'a pas donné de signe d'intérêt pour une telle opération. Sur LCI, Elisabeth Borne a en effet estimé que la priorité était d'abord de trouver un nouveau PDG à la compagnie aérienne, afin de définir une stratégie d'entreprise. « C'est à l'aune de cette stratégie qu'on pourra apprécier le projet industriel », précise-t-elle, une manière pour la ministre des Transports de repousser toute cession du capital à plus tard. Même si le gouvernement entend vendre quelques unes de ses participations dans des entreprises publiques et semi-publiques. Mais Air France-KLM n'en fait pas partie.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook