Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

AccorHotels achète Faimont, Raffles et Swissôtel pour 2,6 milliards d'euros





Le 9 Décembre 2015, par

Jolie prise pour AccorHotels, qui pour la somme record de 2,58 milliards d'euros, vient de s'offrir le groupe FRHI Holdings Ltd (FRHI), qui possède des marques aussi connues que Raffles, Swissôtel et Fairmont.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette acquisition positionne AccorHotels parmi les plus grands groupes hôteliers de luxe du monde. En tout, l'entreprise rafle 155 hôtels et resorts luxueux — dont 40 qui sont en phase de développement. Le groupe dirigé par Sébastien Bazin détient désormais 56 000 chambres partout dans le monde (34 pays), et emploie 45 000 employés.

Parmi les hôtels très connus maintenant détenus par AccorHotels, on trouve des adresses prestigieuses comme le Savoy de Londres, le Plaza Hotel à New York, ou encore le Royal Monceau à Paris. Avec cet achat majeur, AccorHotels suit de près les pas de Mariott, qui s'est offert les chaînes Starwood pour la bagatelle de 11,4 milliards d'euros.

En termes de synergies, AccorHotels attend 65 millions pour les revenus et les coûts. Il faut encore que la transaction soit validée par les actionnaires, mais au vu du potentiel, cela ne devrait être qu'une formalité.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : hôtellerie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook