Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Action collective contre Uber en France





Le 7 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

En France, Uber est la cible d'une action collective emmenée par deux compagnies de taxis, soutenus par plusieurs syndicats. Le géant de la mise en relation avec des chauffeurs de VTC est accusé de concurrence déloyale.


1.200 taxis inscrits

Taxis Varois et France Taxis ont lancé une action collective contre Uber qui remonte avant l'été. L'initiative est appuyée par deux syndicats, la Fédération nationale des taxis indépendants (FNTI) et l'Union nationale de Taxis (UNT). Selon Les Echos, elle débouchera au mois d'octobre sur une assignation devant le tribunal de commerce de Paris, au motif de concurrence déloyale. Les 1.200 taxis qui soutiennent cette action collective réclament pour chacun d'entre eux entre 20.000 et 30.000 euros de préjudice économique par année d'exercice, dans la limite de 5 ans. Cela représente un montant total de 180 millions d'euros pour Uber.

La plainte s'appuie sur une décision de la Cour de Cassation remontant au mois de mars. Elle a jugé qu'Uber devait requalifier le statut d'un de ses chauffeurs en salarié, considérant qu'il y avait bien un lien de subordination entre l'entreprise et le conducteur. Les chauffeurs à l'origine de l'action collective estiment que le groupe américain s'est placé « dans une position anormalement avantageuse », selon leur représentant légal. Uber a dégagé une « économie illicite » en ne respectant pas les règles et en n'assumant pas les obligations financières du droit social.

180 millions d'euros

L'initiative va même au-delà. Les deux sociétés de taxis veulent faire reconnaître la « souffrance » que leurs chauffeurs ont subi suite à l'arrivée d'Uber sur le marché. Un préjudice moral qui repose sur la baisse du chiffre d'affaires, sur celle de leur licence, ainsi que sur leur image publique mise à mal par le géant du VTC. Ils craignent également pour leur avenir, une anxiété « reconnue par la jurisprudence commerciale qui s'inscrit dans le cadre du préjudice moral ».

Néanmoins, encore faut-il que l'action collective regroupe un maximum des taxis en France : ils sont 55.000 environ. On en est encore loin. De plus, il faut encore qu'une telle initiative aboutisse en justice ; c'est en tout cas du jamais vu en France. Uber n'est pas au bout de ses peines : en Californie, la loi exige la requalification du contrat de travail en salarié. Uber compte organiser un référendum pour renverser cette disposition.



Tags : uber


1.Posté par bénédicte le 10/09/2020 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le développement important d’emplois « uberisés » implique des risques spécifiques pour ces travailleurs indépendants fictifs et présentent beaucoup d’inconvénients pour la santé et la sécurité du travail avec de la précarité, et peu de prévention des risques professionnels et de protection sociale : https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/fiches-metier/la-prevention-des-risques-professionnels-lies-aux-plateformes-de-services

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook