Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Affaire LVMH/Tiffany : Le Drian veut protéger les intérêts des Français





Le 16 Septembre 2020

« Pris en étau entre la Chine et les Etats-Unis », l’Europe doit « se réarmer », estime le journaliste du Monde Jean-Michel Bezat. Depuis l’après-guerre, les gouvernements successifs ont toujours soutenu les champions nationaux car ils « contribuent au rayonnement du pays » et au « soft power » de la France. C’est en s’appuyant sur ses fleurons industriels, comme LVMH, que la France consolide sa puissance sur le long terme et que l’Etat renforce son rôle de stratège.


Image Pixabay
Image Pixabay
Oui, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a bel et bien envoyé une lettre au leader mondial du luxe LVMH afin de demander le report du rachat du joaillier new-yorkais Tiffany par le groupe de Bernard Arnault. Cette fusion qui devait être consolidée en novembre prochain a été jugée dangereuse par le ministre, en raison des négociations houleuses sur la taxe numérique qui se jouent entre Washington et Paris, et de la menace de sanctions américaines sur le secteur du luxe.

Défendre des champions nationaux face aux appétits étrangers

Le ministre a demandé à LVMH de différer le rachat de Tiffany au-delà du 6 janvier prochain. L’objectif : mettre la pression sur les Etats-Unis et les dissuader d’instaurer des droits de douane sur les produits de luxe et de beauté français. LVMH a donc annoncé avoir abandonné son projet de fusion, et une bataille judiciaire a démarré entre le fleuron français et le joaillier américain.
S’agirait-il d’ « un coup de folie  » de la part du Quai d’Orsay comme le clame Mediapart ? L’avertissement du chef de la diplomatie française a été appuyé par le ministre de l’Economie Bruno Lemaire en personne à la télévision. « C'est son rôle de ministre des Affaires étrangères de prendre toutes les mesures qu'il estime nécessaires pour protéger des intérêts français. C'est le rôle du ministre des Affaires étrangères » a réaffirmé le ministre sur France 2.

Un interventionnisme qui n’a rien d’inédit si l’on en croit l’Histoire récente de la France, a fortiori dans le contexte d’une guerre commerciale exacerbée par le contexte sanitaire.

Le soutien d’un groupe privé par l’Etat dans le cadre d’une exacerbation des tensions internationales s’inscrit dans une tradition très française qui remonte à l’après-guerre, du temps de la France du Général de Gaulle, qui souhaitait par ce biais soutenir la grandeur et le rayonnement du pays face aux deux blocs. Le soutien des fleurons industriels a finalement payé, que l’on pense aux groupes de luxe français, (LVMH, L’Oréal etc.), mais aussi à Hachette, Vivendi, Technip, Saint-Gobain ou encore Schneider Electric.

Le retour d’un Etat protecteur et stratège ?

Par ailleurs, dans le cadre de la crise sanitaire, l’Etat Providence a fait son grand retour, notamment pour soutenir les acteurs économiques (chômage partiel, report des charges, fonds d’indemnisation des indépendants), après des années de désengagement progressif. Une tendance à intervenir dans les affaires économiques qui s’annonce même durable.

Depuis la crise de 2008, la demande d’un Etat plus protecteur et souverain est forte, notamment au sein de la population française. Selon l’économiste Christian Saint-Étienne, l’Etat doit se réinventer « pour devenir un État stratège, ayant une vision de l’avenir et gérant bien ses ressources ».

En attendant, le 6 janvier 2021 – c’est-à-dire entre l’élection présidentielle américaine et le jour de l’investiture du président américain nouvellement élu – reste la date butoir pour trouver une solution négociée entre Paris et Washington sur la taxation des GAFAM. Si les relations diplomatiques s’enveniment et qu’aucune solution n'est trouvée, les Etats-Unis risquent de taxer les produits français de luxe, pour «une valeur commerciale de 1,3 milliard de dollars ».
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook