Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Agriculteurs : la Commission européenne recule sur les pesticides





Le 7 Février 2024, par François Lapierre

La Commission européenne rétropédale dans sa politique environnementale et agricole. Dans un geste de conciliation envers les agriculteurs européens, largement mobilisés ces derniers temps, Ursula von der Leyen a proposé le retrait d'un ambitieux projet de loi visant à réduire de 50% l'usage des pesticides d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 2015-2017.


Les tensions avec les agriculteurs obligent Bruxelles à reculer

Le constat d'Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, souligne la polarisation du débat autour de la proposition législative, bloquée au Parlement européen et source de dissensions entre les États membres. L'appel au retrait du texte ne signifie toutefois pas son abandon définitif, la présidente de la Commission évoquant la possibilité d'une nouvelle proposition plus consensuelle, élaborée avec l'implication des différentes parties prenantes. 

Le retrait proposé intervient dans un climat de tension législative et sociale, marqué par les récentes mobilisations agricoles à Bruxelles et le débat sur le budget de l'UE. En France, la réaction du gouvernement à ces enjeux s'est traduite par la mise en pause du plan Ecophyto, initiative censée réduire significativement l'usage des pesticides mais qui, à l'instar du projet européen, a cristallisé les frustrations du monde agricole. 

Vers une réconciliation des enjeux agricoles et environnementaux

Cette décision, ainsi que l'annonce d'Ursula von der Leyen, reflète les complexités et les enjeux de la transition vers une agriculture plus durable en Europe, tout en mettant en lumière les difficultés à concilier impératifs écologiques et réalités économiques.

L'approche proposée par la Commission, visant à réévaluer sa stratégie tout en maintenant le dialogue avec les agriculteurs, témoigne en tout cas d'une recherche d'équilibre entre les nécessités de protection de l'environnement et les impératifs économiques du secteur agricole. Cette démarche, si elle est menée avec succès, pourrait ouvrir la voie à des solutions mutuellement bénéfiques, permettant à l'Europe de faire face aux défis du changement climatique tout en assurant la viabilité et la compétitivité de son agriculture. 

La suite des événements, notamment la réaction des différents acteurs concernés et l'évolution des propositions législatives, sera déterminante pour l'avenir de la politique agricole et environnementale de l'Union européenne.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook