Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Air France-KLM exprime ses réserves sur le plan de sauvetage d'Alitalia





Le 14 Octobre 2013, par

"Un plan un peu baroque, mais qui a le mérite d'éviter le pire", à savoir la mise sous administration judiciaire de la compagnie aérienne italienne, selon les mots d'un banquier d'affaires cité ce lundi par le quotidien Les Echos. Le gouvernement italien a beau se réjouir du plan de sauvetage d'Alitalia, de 500 millions d'euros, le groupe franco-néerlandais, continue d'exprimer ses réserves à son sujet.


Air France-KLM s'interroge sur le fait de maintenir sa participation dans Alitalia, à 25 %.
Air France-KLM s'interroge sur le fait de maintenir sa participation dans Alitalia, à 25 %.
Dans le détail, ce plan prévoit l'injection de 75 millions d'euros par la Poste au capital de la compagnie aérienne, mais également 200 millions d'euros de crédit bancaires, et une avance de trésorerie de 100 millions d'euros. Soit environ 500 millions d'euros après l'ensemble de la manœuvre. Reste en suspens la participation effective d'Air France-KLM.

Pour le groupe Air France, ce plan ne peut pas être définitif. Il reste encore à définir la restructuration de la dette d'Alitalia, et la révision du plan industriel. Malgré la pression exercée par Maurizio Lupi, le ministre des Transports italien, qui a vivement invité le groupe franco-néerlandais à souscrire sa quote-part de 75 millions d'euros, en tant qu'actionnaire à 25 % de la compagnie italienne, Air France-KLM entend  bien profiter du mois de délais règlementaire pour adhérer au plan, ou bien se rétracter, faisant tomber sa participation à 11 %.

Le groupe franco-néerlandais craint en fait un plan de sauvetage à la va-vite, qui ne résoudrait aucun problème. Il tient de fait à une restructuration préalable de la dette, ainsi qu'une rationalisation de la flotte d'Alitalia, et une révision à la baisse des objectifs de vols long-courrier. A noter que le numéro un du patronat italien, Giorgio Squinzi, a lui aussi exprimé sa perplexité au sujet de "ce pansement temporaire".

Malgré cela, le gouvernement Letta reste persuadé que ce plan est le bon, et que l'entrée de la Poste italienne au capital d'Alitalia devrait lui permettre de mieux négocier son intégration dans Air France-KLM. La balle est aujourd'hui dans le camp du groupe franco-néerlandais.


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook