Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Air France : un vol entre Paris et Montréal qui carbure à l'huile de cuisson





Le 21 Mai 2021, par François Lapierre

Réduire les émissions de CO2, c'est un des enjeux majeurs du secteur du transport aérien. Air France veut y prendre toute sa part : la compagnie a fait voler un avion entre Paris et Montréal avec… de l'huile de cuisson !


Carburant d'aviation durable

Air France a réalisé cette semaine un vol inédit entre Paris et Montréal : dans les réservoirs de l'avion AF342 se trouvait pas uniquement du kérosène, mais aussi de l'huile de cuisson. Plus précisément, un mélange de kérosène et de 16% d'agrocarburant produit par Total, l'agrocarburant étant composé d'huiles de cuisson usagées. Il s'agit plus précisément de carburant d'aviation durable (SAF) provenant des bioraffineries de La Mède (Bouches-du-Rhône) et d'Oudalle (Seine-Maritime).

Le SAF peut aussi contenir des graisses animales, des sucres, des algues. « Ce biocarburant, c’est 91% d’émissions de CO2 en moins par rapport au kérosène. Résultat : moins 20 tonnes de CO2 émises sur ce vol », a expliqué Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports. À terme, c'est-à-dire d'ici la fin de la décennie, le secteur aérien utilisera 100% de SAF. Ces carburants d'aviation durable sont « un levier essentiel de la décarbonation de l'aviation », indique Anne Rigali, la directrice générale d'Air France.

Réduire les émissions de CO2

« Ce vol vers Montréal marque l'engagement d'Air France et de ses partenaires Total et Aéroports de Paris pour créer cette filière cruciale pour l'aéronautique française », ajoute la dirigeante. C'est la première fois que la compagnie aérienne utilise du SAF dans un vol transatlantique, qui avait déjà été expérimenté il y a quelques années sur une liaison intérieure entre Orly et Toulouse.

Le secteur du transport aérien a pris un engagement fort : la réduction de 50% de ses émissions de CO2 à l'horizon 2050 par rapport au niveau de 2005. Pour y parvenir, il mise sur les carburants non-fossiles comme le SAF, mais il reste encore beaucoup à accomplir : en 2019, il ne représentait que 0,1% des carburants utilisés (sur un total de 360 milliards de litres de kérosène). Un chiffre qui devra passer à 5% en 2030, selon les projections du gouvernement.



Tags : Air France

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook