Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbnb paie très peu d’impôts en France





Le 11 Août 2016, par

Airbnb sait tirer parti de toutes les ficelles de l’optimisation fiscale pour payer le moins d’impôt possible dans les pays où le service opère. C’est le cas de la France, avec des résultats étonnants.


Le Parisien a relevé que la plateforme de mise en relation entre les propriétaires et les touristes n’avait payé que 69 168 euros d’impôts en France l’an dernier… alors que l’Hexagone est le second marché de l’entreprise après les États-Unis, et qu’elle a compté 10 millions de voyageurs ayant séjourné en France et 300 000 annonces. Pire : malgré un succès qui ne se dément pas en France, Airbnb a payé 18%  d’impôts en moins l’an dernier par rapport à 2014 !

Comment la société américaine parvient-elle à s’extirper aussi facilement des griffes du fisc français ? Comme d’autres multinationales avant elle, Airbnb est passé maître dans l’art de l’optimisation fiscale. La filiale française ne fait que promouvoir la marque dans l’Hexagone ; les transactions transitent en grande partie par l’Irlande, où le taux d’imposition sur les sociétés, 12,5%, est le plus faible de toute l’Union européenne.

Airbnb France n’a déclaré que 4,96 millions d’euros de chiffres d’affaires pour l’an dernier, avec un bénéfice de 166 373 euros… d’où la très faible imposition en France. L’entreprise s’acquitte par ailleurs d’une taxe de séjour dans 17 villes françaises, dont 1,17 million pour Paris. Mais dans le contexte actuel, c’est bien insuffisant.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : airbnb

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook