Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus et Boeing, une crise de croissance





Le 10 Juillet 2016, par

Le salon aéronautique de Farnborough qui s'ouvre ce lundi 11 juillet sera l'indicateur de l'appétit des compagnies aériennes pour les avions de Boeing et d'Airbus.


Organisé tous les deux ans en alternance avec le salon du Bourget, celui de Farnborough a connu lors de sa dernière édition un record en termes de chiffre d'affaires pour les deux avionneurs. À l'époque, Boeing et Airbus avaient généré 210 milliards de dollars de commandes, uniquement durant le salon !

Les choses devraient être bien différentes durant cette édition 2016. Les deux compétiteurs ont des carnets de commande tellement plein qu'ils rencontrent de sérieuses difficultés pour livrer leurs clients. L'Américain et l'Européen représentent en effet la vaste majorité des 13 400 avions en commandes dans l'industrie. Un volume gigantesque qui équivaut à 10 ans de travail !

De fait, les retards pris dans la production de plusieurs modèles à la mode, comme l'A320neo et le 737, commencent à être préjudiciables pour Airbus et Boeing. Certains clients annulent même leurs commandes devant les retards... Des difficultés de croissance que les deux avionneurs devront surmonter s'ils souhaitent conserver le rythme des prises de commandes. Depuis le début de l'année, Airbus en est 183 commandes, contre 276 pour son rival.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : airbus, boeing

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook