Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus : nouveau tour de vis sur l'emploi à prévoir





Le 16 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

Cet été, la reprise du trafic aérien n'a pas été à la hauteur des attentes des compagnies… et d'Airbus. Guillaume Faury, le patron du constructeur, a prévenu ses troupes qu'il faudra en faire davantage pour traverser la tempête.


Le plan de départs volontaires insuffisant

C'est la douche froide pour les quelque 130.000 salariés du groupe. Alors qu'Airbus a déjà annoncé un plan de réduction des effectifs qui touchera 15.000 postes d'ici l'été 2021, Guillaume Faury prévient que cela ne suffira peut-être pas, du moins en France. « L'équipe de direction travaille en concertation avec les partenaires sociaux sur les modalités de notre plan d'adaptation », écrit le patron de l'entreprise dans sa lettre aux employés. Il se veut néanmoins « transparent » : « il me semble peu probable que les départs volontaires suffiront ». Airbus doit supprimer 4.248 postes en France, dont 3.378 emplois sur le site de Toulouse.

Ces départs devront se faire sur une base volontaire, mais il est possible que cela ne suffise pas. « Nous devons donc nous préparer à une crise probablement plus profonde et plus longue que ne le laissaient supposer les précédents scénarios », poursuit Guillaume Faury. Il faut dire que la reprise du trafic aérien cet été n'a pas été « à la hauteur des attentes », ce qui handicape non seulement les compagnies aériennes, mais aussi les constructeurs.

Réduction de la production

En plus du plan de départs volontaires, Airbus a réduit sa production de 40%. Le constructeur ne produit plus que 47 avions par mois, dont une grande majorité d'A320. Réduire encore la voilure n'est cependant pas à l'ordre du jour, Airbus ayant atteint un plancher en termes de volumes de fabrication. La menace sur l'emploi de Guillaume Faury est d'autant plus mal accueillie en France qu'elle intervient alors que le programme de départs est plutôt bien accueillie par le personnel : selon les syndicats, plus de 3.000 employés seraient intéressés, et puis il y a les 500 postes indispensables pour le développement de l'« avion vert », soutenus par les pouvoirs publics.

Il n'y a pas qu'en France où Airbus a annoncé des coupes claires. En Allemagne, ce sont 6.040 postes qui sont concernés. Des discussions avec les partenaires sociaux devraient permettre la mise en place d'un accord sur le temps partiel. En Espagne, l'entreprise compte supprimer 27% des effectifs. Au Royaume-Uni, où 1.727 emplois devront disparaître, les salariés souhaitant bénéficier du programme de départs volontaires sont plus nombreux que les places proposées.



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook