Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus, premier sur les commandes en 2016





Le 11 Janvier 2017, par

Chacun des deux principaux constructeurs d’avions auront gagné un trophée pour saluer leurs performances de l’an dernier. Si l’américain Boeing a livré le plus d’avions en 2016, l’européen Airbus a engrangé le plus de commandes.


Airbus a enregistré 731 commandes nettes en 2016, contre 668 commandes pour son rival américain. Dans la dernière ligne droite de l’année, l’avionneur européen a bénéficié d’un sérieux coup de pouce de la part de l’Iran : Airbus a pu ainsi ajouter à son carnet de commandes 98 des 100 avions voulus par le pays. La compagnie aérienne Iran Air va d’ailleurs recevoir son premier avion Airbus dans la journée.

En termes de livraison, Airbus reste derrière Boeing. Néanmoins, le groupe aéronautique a livré plus d’appareils que prévu : 688 avions en tout, au lieu de 650 unités comme l’entreprise l’avait prévu. Du côté de Boeing, on a atteint le nombre de 748 livraisons. Pour 2017, Airbus s’est fixé l’objectif de 700 avions livrés, sans avoir à accélérer la cadence en fin d’année comme cela a été le cas en 2016.

En revanche, les commandes pour l’année 2017 devraient être inférieures aux livraisons annoncées, estime-t-on chez Airbus. Pas de quoi craindre un ralentissement de l’activité : les carnets de commandes sont littéralement plein à craquer, que ce soit chez Airbus ou Boeing.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook