Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus se renforce dans le programme A220





Le 14 Février 2020, par François Lapierre

Airbus s’empare du programme A220 (ancien CSeries) de Bombardier, avec l’aide du gouvernement du Québec. Le groupe canadien se retire du secteur de l’aviation civile commerciale.


Bombardier abandonne son bébé

En proie à une dette colossale qui dépasse les 8 milliards de dollars, le constructeur canadien Bombardier vend les bijoux de famille. Airbus, qui possédait déjà 50,06% d’Airbus Canada, l’entreprise en commandite qui construit l’A220 (anciennement CSeries) monte au capital à hauteur de 75%. Les 25% restants sont désormais détenus par le gouvernement du Québec, qui en possédait 16,36%. Bombardier se retire donc complètement du programme et en contrepartie, il obtient 591 millions de dollars. À l’horizon 2026, Airbus deviendra complètement propriétaire du monocouloir en achetant la participation de Québec. Une belle affaire pour le constructeur européen, sachant que le développement d’un tel avion représente normalement une dizaine de milliards d’euros.

L’A220, avec sa capacité de 100 à 150 sièges, complète parfaitement l’A320 (150 à 240 sièges), des avions très recherchés par les compagnies aériennes. Sur les 863 appareils livrés par Airbus l’an dernier, 642 étaient des A320 et 48 des A220. Le constructeur estime que la demande mondiale future reposera à 70% sur ce type d’avions.

Coup de turbo pour la production

Airbus va désormais s’employer à augmenter les cadences de production de l’A220, dont la fabrication va être regroupée à Mirabel, à côté de Montréal. Une ligne d’assemblage est aussi présente à Mobile, dans l’Alabama. Actuellement, la capacité de production du monocouloir est de 168 unités chaque année. Airbus représente 3 300 emplois au Québec, sans compter les emplois indirects.

Fin janvier 2020, ce sont 107 avions A220 qui étaient exploités par sept compagnies aériennes sur quatre continents. Airbus empoche là un programme très intéressant qui va lui permettre de marquer des points contre Boeing qui n’a pas l’intention d’abandonner ce segment : le constructeur américain a en effet racheté le brésilien Embraer, un des principaux concurrents de Bombardier.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook