Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus : un parachute dorée de 36,8 millions d'euros pour Tom Enders





Le 2 Avril 2019, par Paul Malo

Celui qui quitte la direction de l’avionneur européen courant avril bénéficie notamment d’une retraite chapeau conséquente.


Les actionnaires non consultés

C’est une somme vertigineuse, et Airbus étant une société de droit néerlandais, les actionnaires ne sont pas consultés sur le chèque de départ de Tom Enders, qui quitte la direction d’Airbus. Seul le conseil d'administration d'Airbus a validé cette somme en février dernier. Selon les estimations du cabinet Proxinvest, il partira avec un parachute doré de 36,8 millions d'euros.

Selon les calculs de Proxinvest, les attributions d'actions devraient rapporter 7,3 millions d'euros à Tom Enders entre juin 2019 et mai 2022. Il percevra également 3,2 millions d'euros pour sa clause de non concurrence, valable un an. Mais à cela s’ajoute une retraite chapeau, provisionnée fin 2018 dans les comptes de la société à hauteur de 26,3 millions d'euros. Ce qui représente une rente annuelle de 1,3 million d’euros.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque










Rss
Twitter
Facebook