Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Alerte rouge sur l'emploi : les offres de postes s'effondrent à Pôle Emploi





Le 12 Novembre 2013, par

Le pari de François Hollande d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année est désormais impossible à tenir, personne n'en doute. Mais le problème, c'est que tout semble démontrer que l'année 2014 sera sans doute une annus horibilis -de plus- pour l'emploi, en France. La cause ? Pôle Emploi ne reçoit plus d'offres de postes...


Alerte rouge sur l'emploi : les offres de postes s'effondrent à Pôle Emploi
200 000 offres d'emploi proposées par les ANPE en février 1997,, 200 000 offres d'emplois proposées par Pôle Emploi en juillet 2013. 1997, l'année noire pour l'emploi, quand le nombre de chômeurs avait atteint 11,2% de la population. Pourtant les deux données ne sont pas comparables sans tenir compte d'un paramètre, de taille.  Entre ces deux dates, la France compte 8 millions d'habitants en plus, (65,8 millions estimés en 2013, contre 58 millions en 1997).  Il n'y a pas besoin d'être très fort en mathématiques pour comprendre à quel point la situation de l'emploi en France est dramatique alors même que les équipes de Pôle Emploi sont nettement plus étoffées que celles de l'ancienne ANPE (agence nationale pour l'emploi). 

Cet effondrement, il n'y a pas d'autre mot, du nombre d'offres d'emploi s'étale sur moins de deux ans : Entre août 2011 et juin 2013, le nombre d'offres d'emploi proposées par Pôle Emploi a chuté de plus de 30 % (31,2 % exactement) quand dans le même temps, le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de près de 20 % ! Certes, un paramètre a changé entre 1997 et 2013 : en 1997, L'ANPE disposait du monopole des offres d'emploi. Mais il est rare qu'une entreprise ne soumette pas ses offres de poste à Pôle Emploi, quand bien même elle utiliserait les services d'agences spécialisées. Qui plus est, les offres qui ne passent pas par Pôle Emploi sont souvent celles destinées aux cadres, qui représentent moins de 10 % de l'activité de l'agence. 

Chez Pôle Emploi, on explique la chute du nombre d'offres par la mobilisation des équipes sur l'accueil des nouveaux chômeurs. Il n'empêche, le dépôt d'offres auprès de Pôle Emploi étant souvent la conditio sine qua non pour accéder à certaines aides publiques, ou après un plan de sauvegarde de l'emploi ou une restructuration, la chute du nombre de postes proposés est inquiétante à plus d'un titre. 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook