Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Alstom : les offres de GE et de Siemens/Mitsubishi dans la dernière ligne droite





Le 20 Juin 2014, par

On approche de l'épilogue dans le feuilleton Alstom. Les deux prétendants, General Electric et l'attelage Siemens et Mitsubishi ont bonifié leurs offres et rencontrés le président de la République ce vendredi.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Du côté de GE, la proposition est beaucoup plus complète. Jeffrey Immelt le patron du groupe américain propose de créer trois coentreprises détenues à égalité avec Alstom pour les turbines à vapeur, les réseaux, et les énergies renouvelables. Alstom y gagne en plus l'activité signalisation ferroviaire. L'État français aura un droit de véto concernant les questions de sécurité, ainsi que des droits de gouvernance spécifiques. En revanche, rien de changé pour l'offre en numéraire, GE apporte toujours 12,4 milliards d'euros.
 
L'alliance de circonstance entre l'allemand Siemens et le japonais Mitsubishi a dans la foulée augmenté sa propre offre. La somme mise sur la table pour racheter une partie des activités d'Alstom se monte désormais à 8,2 milliards d'euros. Mitsubishi souhaite désormais détenir 40% de la division Énergie (turbine vapeur, hydro et réseaux). Les deux larrons vont investir 400 millions d'euros de plus (pour Siemens) et 800 millions (pour Mitsubishi).
 
Le conseil d'administration d'Alstom se réunira lundi pour donner son opinion sur l'offre de GE, pour qui le groupe français a une nette préférence, au grand dam du ministère de l'Économie qui préfèrerait l'offre Siemens/Mitsubishi. Mais Patrick Kron, le PDG d'Alstom, nourrit une haine recuite contre Siemens et visiblement, l'offre de l'attelage ne lui convient pas.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook