Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Amazon retire une offre d'emploi anti-syndicale





Le 2 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

Aux États-Unis, Amazon a un problème avec les syndicats. Le géant du commerce en ligne a dû retirer une offre d'emploi pour des analystes qui auraient été chargés de « surveiller » l'activité syndicale au sein de l'entreprise.


Ambiance anti-syndicale

Amazon, comme beaucoup d'autres grandes entreprises de tous les secteurs, apprécie modérément la présence de syndicats dans ses rangs, du moins aux États-Unis. En mai, la plateforme d'e-commerce a licencié plusieurs salariés dont les critiques concernant le niveau de sûreté sanitaire des entrepôts avaient généré des tensions en interne. Amazon s'est défendu en expliquant que le départ de ces employés repose sur des infractions au règlement : malgré des diagnostics positifs au COVID-19, ils ont continué à aller travailler, mettant en danger la santé de leurs collègues.

C'est pourquoi l'apparition d'offres d'emploi pour des « analystes en renseignements » a suscité une levée de boucliers. Il s'agissait de recruter des agents chargés de surveiller les « menaces d'organisations syndicales », selon le descriptif du poste. Le travail des analystes était d'informer les avocats de l'entreprise concernant des sujets « sensibles et confidentiels ». Ils auraient également dû suivre les financements et les activités des campagnes « en interne et en externe » contre Amazon.

Les pratiques d'Amazon dans la lumière

Le contexte socialement lourd au sein du groupe a mis le feu aux poudres, poussant le groupe à retirer les propositions de postes. Selon une porte-parole, la fiche ne décrivait pas correctement l'emploi, il s'agit d'une « erreur ». L'offre a été corrigée depuis, assure-t-on chez Amazon. Mais le mal est fait. Athena, un collectif d'organisations anti-Amazon, n'a pas manqué de surfer sur ces offres d'emploi visiblement orientées contre le syndicalisme : la description du poste correspond aux pratiques de l'entreprise contre les travailleurs qui s'expriment sur leurs conditions de travail.

Amazon tente de faire passer le message selon lequel les salariés sont mieux traités qu'ailleurs, sans avoir besoin de syndicats : salaires « à la pointe de l'industrie » avec un minimum de 15 $ par heure, des opportunités de carrière, des avantages sociaux, un environnement « sûr et moderne ». Amazon rappelle également qu'il est possible de s'adresser directement aux responsables. Mais dans ce mastodonte qui compte 876.000 salariés dans le monde, il peut être difficile de faire entendre sa voix.



Tags : amazon

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook