Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ameublement : Alinéa et Conforama en crise





Le 18 Mai 2020, par François Lapierre

Le secteur de l'ameublement s'apprête à vivre des jours difficiles après le confinement. L'enseigne Alinéa s'est placée en redressement judiciaire, et Conforama rencontre des difficultés pour décrocher un prêt.


Alinéa en redressement judiciaire

La crise pointe dans le secteur de l'ameublement. L'enseigne Alinéa, fondée en 1989 à Avignon et passée depuis dans le giron du groupe Mulliez, a déclaré la cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Marseille. En retour, une procédure de redressement judiciaire a été ouverte. La trentaine de magasins Alinéa répartie partout en France ont subi de plein fouet les récentes crises qui ont secoué l'économie française : d'abord les « gilets jaunes » en 2018, puis le mouvement social contre la réforme des retraites l'année suivante. Enfin, il a fallu faire face au confinement et à la suspension de l'activité.

L'enseigne a mis en place des mesures pour continuer à vendre des meubles, comme un système de drive, et misé sur le commerce en ligne. Mais malgré ces efforts de dernière minute, le chiffre d'affaires a plongé : les magasins n'ont pu sauver que 15% de leurs revenus. Dans ces conditions, impossible de redresser la barre : la direction a préféré se placer sous la protection du tribunal de commerce de Marseille, qui a fixé une période d'observation jusqu'au 13 novembre. Alinéa emploie 2.200 salariés.

Conforama en attente d'un prêt garanti par l'État

Autre marque emblématique du secteur de l'ameublement en difficulté : Conforama. L'enseigne aurait beaucoup de mal à décrocher un prêt garanti par l'État, selon FO, la CGT et la CFE-CGC. BNP Paribas serait à l'origine du problème : la banque aurait refusé de participer à une réunion mi-mai du comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), indispensable pour obtenir un prêt garanti. Malgré une garantie de l'État portée de 80% à 90%, la BNP Paribas continuerait à exiger des garanties très importantes.

La banque se défend des accusations des syndicats et explique avoir accepté de participer aux échanges à la demande du CIRI. À ce jour, la banque a traité plus de 51.000 demandes de prêts garantis par l'État et alloué 12,4 milliards d'euros. Conforama a besoin de ce prêt pour financer le plan de sauvegarde de l'emploi homologué le 27 février dernier. Il concerne 1.900 salariés sur des effectifs de 9.000 en France.



Tags : ameublement

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook