Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Angela Merkel obtient son quatrième mandat en Allemagne





Le 14 Mars 2018, par

Angela Merkel est devenu, pour la quatrième fois consécutive, chancelière d'Allemagne. Ce nouveau mandat intervient six mois après des élections législatives difficiles qui jettent une ombre sur sa capacité à gouverner.


Les députés allemands ont voté ce mercredi 14 mars ce nouveau mandat à la tête du pays : sur les 688 votants, 364 ont donné leur aval à la chancelière. C'est 9 de plus que la majorité requise… mais 35 voix de moins que la majorité dont doit disposer Angela Merkel, soit 399 élus en tout et pour tout entre les conservateurs de la CDU/CSU et les sociaux-démocrates du SPD. Cet écart n'est pas pour autant inquiétant : la chancelière n'avait pas non plus fait le plein des voix lors des précédents votes. Ce feu vert donné par le Bundestag intervient après un autre vote, encore plus crucial, celui des membres du SPD qui ont approuvé à 66% la reconduction de la nouvelle coalition.

Pour autant, Angela Merkel n'est pas au bout de ses problèmes. Son mandat tient en effet sur une corde raide, la coalition dont elle a pris la tête ne dispose que d'une courte majorité (53,5%) et elle a été négociée difficilement, alors que le SPD voulait une cure d'opposition afin de se refaire auprès de l'opinion publique allemande. Pour obtenir ce quatrième mandat, la chancelière a dû faire le grand écart entre ses partenaires sociaux-démocrates et l'aile dure des conservateurs, ces derniers étant menacés sur leur droite par l'AfD (Alternative pour l'Allemagne), le parti d'extrême-droite qui a réalisé une percée — à la faveur des législatives, il est devenu le premier parti d'opposition avec 92 députés.

Le mandat d'Angela Merkel est censé tenir quatre ans. Dans les faits, il pourrait tomber avant : la coalition doit faire le point dans deux ans et chaque partenaire pourra décider de quitter l'attelage si quelque chose ne va pas. La chancelière pourrait vivre son dernier mandat à la tête du pays, elle qui avait été élue à cette position — une première pour une femme — en 2005.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Allemagne

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook