Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Anne Coffinier fondatrice de la Fondation Kairos : « il faut allier innovation et tradition humaniste dans l’enseignement »





Le 9 Juin 2020, par La Rédaction

Anne Coffinier est la fondatrice de la Fondation Kairos. Après un parcours l’ayant mené de Normale Sup Ulm à la diplomatie en passant par l’Ena, cette personnalité atypique s’est lancée dans un combat pour faire évoluer le monde éducatif. La Fondation Kairos est abritée par l’Institut de France et a pour objectif de développer l’innovation éducative. Au travers de cet entretien passionnant, Anne Coffinier remet en perspective tous les enjeux éducatifs auxquels notre pays est confronté.


Vous lancez une nouvelle fondation, la Fondation Kairos pour l’innovation éducative, pourquoi ?
 
On enseigne encore aujourd’hui dans un cadre et selon des méthodes qui n’ont presque pas changé depuis Jules Ferry alors que tout autour de nous évolue rapidement et que « l’apprenant » de 2021 n’a plus grand-chose à voir avec l’élève de 1880. Il est sursollicité d’informations ; il a tout à portée de clics,… et pourtant, comme hier, il doit être motivé pour apprendre, et il doit structurer ses connaissances et les assimiler profondément pour que son éducation et son instruction soient réussies. L’éducation est une discipline vivante qui doit constamment évoluer et s’adapter. Bref, il y a urgence à innover sur le terrain de l’éducation, mais le quasi-monopole de l’Education nationale, avec ses 12 millions d’élèves et 2 millions d’enseignants, sa forte centralisation et sa lourdeur technocratique, rend difficiles ces nécessaires innovations. Pour réformer enfin l’école en France et libérer son potentiel, nous avons collectivement besoin des acteurs de la société civile et de l’émulation des pratiques innovantes des autres Etats. C’est pour cela que la Fondation Kairos- Institut de France a été fondée.
 
Quelles sont les innovations éducatives que la Fondation Kairos cherche à promouvoir ?
 
La Fondation Kairos est convaincue que les offres éducatives doivent davantage prendre en compte la variété des talents et aspirations des apprenants. Au lieu de faire rentrer toutes les personnes dans un moule unique à toute force et de travailler pour un élève-type qui n’existe pas. Chantal Delsol, membre de l’Académie des sciences morales et politiques et du conseil d’administration de la Fondation Kairos pour l’innovation éducative, souligne ainsi qu’« il doit exister une grande diversité d’écoles : pour que chaque enfant trouve le lieu d’apprentissage qui convient à sa personnalité, à ses choix ; et pour que chaque famille trouve le lieu qui convient à ses propres décisions éducatives ».
Surtout que c’est la créativité, la résilience, la force de la vision qui sont aujourd’hui décisives dans la création de valeur ajoutée et l’avenir de notre communauté humaine. Notre système éducatif est encore conçu pour former des élèves obéissants, questionnant peu la finalité de ce qu’on leur demande de faire. Notre temps a besoin surtout de personnes aptes à entreprendre des choses nouvelles, de manière responsable et éthique. Le mode d’éducation doit évoluer en conséquence, pour donner une plus grande part à la formation du jugement critique, à la créativité et au sens de l’initiative.
 
A cela, il faut ajouter une deuxième conviction forte : l’ancrage dans la culture classique. Innover ne veut pas dire déraciner ou renier le génie classique français et européen. Tout au contraire. C’est trouver les voies et moyens d’en rendre le goût et la saveur aux nouvelles générations. « Transmettre pour innover » est la devise de Kairos, car on ne forme pas les jeunes générations pour faire de l’ancien. Mais c’est en buvant avidement à la triple source de notre culture : Athènes, Rome, Jérusalem, tout en se formant sur la vision du monde asiatique, que l’on pourra inventer l’avenir, sans tomber dans la barbarie ! « Nul hasard à ce que la Fondation Kairos ait choisi l’Institut de France, siège des cinq Académies, temple du savoir et de la transmission aux générations futures ; elle trouvera ici ‟les richesses de l’esprit et de l’imagination pour poursuivre ses ambitieux objectifs », constate Xavier Darcos, chancelier de l’Institut et président de la Fondation Kairos.
 
Quelle seront les principales actions de la Fondation Kairos ?
 
Si la Fondation Kairos est habilitée à déployer ses actions dans le monde entier et sur tous les sujets éducatifs tout au long de la vie, elle mettra dans un premier temps l’accent sur la formation scolaire et sur la France.
 
Outre ses soutiens financiers aux projets éducatifs innovants, notamment aux établissements scolaires ou supérieurs entièrement libres, la Fondation Kairos s’engagera tout particulièrement pour la démocratisation de l’accès aux établissements entièrement libres, dans les écoles comme dans l’enseignement supérieur, en finançant l’accès de ces établissements innovants aux enfants de familles à faibles ressources (système de bourses).
 
Grâce au soutien de l’Institut de France, la Fondation Kairos entend aussi faire progresser la réflexion sur les nécessaires innovations éducatives, dans le cadre de colloques, de bourses de recherche et de publications. Dès la prochaine rentrée scolaire se tiendra un premier colloque qui portera sur la transmission ambitieuse de la culture classique à l’école, comme antidote essentiel au communautarisme. Un colloque sur le numérique au service de l’enseignement est également en cours de préparation, de même que d’autres colloques et séminaires sur des enjeux éducatifs actuels.

Pour en savoir plus : www.fondationkairoseducation.org




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook