Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Annulation possible de la dette pour les entreprises en difficulté





Le 16 Avril 2021, par Olivier Sancerre

Le gouvernement veut éviter les faillites d'entreprises qui font face à un « mur de dette ». Un mécanisme de conciliation est en cours d'élaboration au ministère de l'Économie.


Des défaillances qui vont s'accélérer

Les défaillances d'entreprises menacent d'accélérer cette année, après une année 2020 où les mesures de soutien à l'économie ont permis d'éviter la catastrophe. Selon le cabinet Altares, 79% des jugements ont mené à la liquidation de l'entreprise au premier trimestre, du jamais vu en vingt ans. Pour tenter d'éviter de trop nombreuses défaillances, le ministère de l'Économie veut agir de manière proactive. « On ne va pas attendre que l'entreprise se prenne le mur, on va regarder sa situation, l'étudier tous ensemble et voir s'il faut étaler sa dette, voire annuler sa dette en partie », a expliqué Bruno Le Maire au micro de RMC-BFMTV.

Certains entreprises font face à ce qu'il appelle un « mur de dette ». Pas forcément en raison d'un prêt garanti par l'État, mais à cause d'une activité insuffisante qui empêche de rembourser les autres prêts. C'est pourquoi la solution pourrait être de tout simplement annuler une partie de la dette. Bercy dispose de toutes les informations pour identifier les entreprises qui commencent à avoir un « vrai problème d'endettement ».

Concertation et conciliation

C'est pourquoi le ministère de l'Économie veut mettre au point un « dispositif de concertation et de conciliation qui doit permettre à toutes les entreprises qui sont en train d'arriver face à ce mur de la dette, de leur proposer une solution sur mesure ». Une concertation qui mettra autour de la table les pouvoirs publics, les banquiers, le commissaire aux comptes ainsi que des représentants du tribunal de commerce.

Bruno Le Maire prend l'exemple des entreprises qui travaillent dans le secteur de l'aéronautique. Celles-ci sont plongées dans les difficultés en raison de la crise dans le trafic aérien, mais elles vont rebondir « dans deux ou trois ans », soutient-il. Ce dispositif serait donc à même de les aider pour tenir le choc jusqu'au retour d'une activité normale.



Tags : dette

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook