Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Appel à la grève dans les transports à Paris-Est le 18 mai





Le 12 Mai 2020, par Olivier Sancerre

En Ile-de-France, les transports en commun ont à peine eu le temps de redémarrer que déjà plane une menace une grève. Quatre syndicats appellent à un arrêt de travail le 18 mai.


Procédure disciplinaire contre cinq militants

Les Franciliens qui utilisent les transports en commun ont pu retrouver leurs métros, RER et Transilien depuis le 11 mai, premier jour du déconfinement. Ils pourraient bien aussi subir leur première grève : le 18 mai, quatre syndicats appellent en effet à un arrêt de travail. La CGT, SUD, FO et la CFDT de la zone Paris-Est de la SNCF protestent contre la direction qui a lancé des procédures disciplinaires contre cinq militants. Pour les usagers, cet appel à la grève pourrait être particulièrement handicapant. La zone Paris-Est regroupe la gare de l'Est, le RER-E ainsi que les trains de banlieue Est. 

Il s'agit pour les syndicats de se porter à la défense de quatre militants CGT et d'un militant SUD : des « entretiens disciplinaires » sont prévus la semaine prochaine. Parmi les militants sous le coup de cette procédure, un risque le licenciement. Ils sont accusés d'avoir occupé un local, de ne pas avoir prévenu la hiérarchie et d'avoir empêché l'exécution du service, même si « tous les agents ont eu accès aux locaux », d'après le tract.

Des motifs « ubuesques »

La procédure disciplinaire mise en œuvre par la direction de la SNCF est une « répression syndicale », accusent les organisations. Dans un tract unitaire, ces syndicats écrivent : « Le 18 mai, toutes et tous en grève pour ceux qui défendent nos droits au quotidien ». Ces motifs sont jugés « infondés et ubuesques », et ils sont la preuve que la direction ferait preuve d'un « nouvel entêtement » pour pénaliser les syndicalistes.

Selon les quatre syndicats, la direction de la SNCF semble « plus occupée à vouloir faire tomber des têtes de militants syndicaux, qu'à s'occuper de la sécurité des agents par ces temps de crise sanitaire ». Les organisations demandent du dialogue social, « essentiel dans cette période délicate ». Elles estiment aussi que les militants syndicaux se mobilisent « à chaque instant dans le cadre d'une pandémie sanitaire sans précédent ».



Tags : SNCF


1.Posté par yakafokon le 13/05/2020 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a des tribunaux pour ces affaires.
Pourquoi emmerder les citoyens ?
Ces syndicalistes sont ils en manque de neurones ?
Vivement que tous les transports soient automatiques en Ile de France.

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook