Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Après Volkswagen, Mitsubishi admet avoir triché





Le 26 Avril 2016, par

Et si les moteurs truqués de Volkswagen n’étaient que les arbres qui cachaient la forêt des malversations de l’industrie automobile ? Mitsubishi a en effet admis avoir triché pour embellir les performances énergétiques de certains modèles.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Ces malversations, dont certaines ont débuté en 1991, touchent des dizaines de modèles. Le groupe automobile japonais ne peut encore donner de chiffres précis. En revanche, on sait que depuis 2013, Mitsubishi a bidouillé certaines données de 625 000 véhicules vendus au Japon, dont 468 000 pour le compte de Nissan — partenaire et allié de Renault.

Ces manipulations ont permis à Mitsubishi d’inscrire plusieurs de ses véhicules dans des catégories vertes. Les conducteurs bénéficient ainsi de réduction de taxes, et d’améliorer aussi les ventes pour le groupe automobile. Voilà qui rappelle le précédent Volkswagen…

Mitsubishi va devoir puiser dans son trésor de guerre qui se monte à 3,2 milliards d’euros pour réparer les dégâts. Le groupe, fortement diminué depuis un précédent scandale dans les années 2000, n’a pas la puissance du constructeur allemand. Surtout si l’affaire rebondit aux États-Unis, où la justice ne fait pas de cadeau.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Mitsubishi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris



Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

















Rss
Twitter
Facebook