Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Arcep : des mesures concrètes pour un numérique soutenable





Le 17 Décembre 2020, par La rédaction

Numérique et environnement : un cocktail explosif entre d'un côté des consommateurs férus de nouveautés et de nouveaux services, de l'autre les défenseurs de l'environnement qui appellent à des restrictions. L'Arcep propose une passerelle pour un numérique « soutenable ».


Réduire le cycle de renouvellement des smartphones

Le gendarme des télécoms a mis sur la table ses propositions pour un numérique soutenable, plus respectueux de l'environnement, tout en permettant une consommation raisonnable des outils du numérique et d'internet. Dans un rapport sur le sujet, l'Arcep propose ainsi aux opérateurs de « ralentir » le cycle de renouvellement des smartphones et d'en faciliter le recyclage. Ces appareils, ainsi que les tablettes, les téléviseurs et les produits électroniques en général, représentent 86 % des gaz à effet de serre produits.

L'Arcep souhaite également « responsabiliser » les fournisseurs de contenus à l'image de Netflix, de Prime Video (Amazon) et autres plateformes qui pèsent très lourd en termes de trafic : 75 % ! Dans le catalogue des onze mesures proposées par le régulateur, se trouve également une mise en veille automatique des box d'accès à Internet, ou encore la mise en place d'outils pour mesurer les engagements des principaux contributeurs de la « pollution » numérique.

Plus de pouvoirs pour l'Arcep

Apple, Google, Facebook et tous les autres font assaut d'engagements envers l'environnement, mais l'Arcep souhaiterait pouvoir en mesurer les effets concrets. L'institution ne cherche pas nécessairement à sanctionner les entreprises qui ne respecteraient pas leurs promesses, elle incite plutôt au dialogue même si Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, est « habitué à douter de la bonne parole des acteurs économiques ». Sa priorité n'en reste pas moins d'accompagner et d'amplifier les engagements de ces grandes sociétés. Le numérique représente entre 3 à 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

En pointillés, le rapport cherche aussi à placer l'Arcep au centre du jeu. L'institution pourrait ainsi contrôler l'impact du numérique en France et superviser les actions des constructeurs, des opérateurs et des fournisseurs de contenus. Même si l'Arcep écarte l'idée d'une guerre des territoires, l'organisme n'aurait rien contre davantage de pouvoirs. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook