Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Areva solde le passif de l'EPR finlandais





Le 12 Mars 2018, par

Areva en a terminé avec le cauchemar de l'EPR en Finlande. Le groupe français ne devra finalement verser que 450 millions d'euros pour solde de tout compte, l'entreprise ayant été dans l'incapacité de livrer la centrale en temps et en heure.


En 2003, Areva vendait au finlandais TVO le premier EPR, un réacteur nucléaire de dernière génération. La facture initiale de 3 milliards d'euros a littéralement explosé, le coût de la facture finale pour le groupe français sera de 8 milliards. Des frais supplémentaires occasionnés par des difficultés administratives et surtout, le retard considérable pris par le chantier : l'EPR basé à Olkiluoto devrait finalement entrer en service commercial en mai 2019. La centrale effectue actuellement des phases d'essais à chaud.

Devant les retards accumulés, TVO a réclamé un arbitrage international pour solder l'ensemble des contentieux. L'entreprise demandait un dédommagement de 2,6 milliards d'euros : elle obtiendra en bout de course 450 millions. C'est un moindre mal pour Areva, ce d'autant que TVO renonce aussi à son recours contre l'aval donné par Bruxelles à la restructuration du spécialiste de l'atome par l'État français. Areva devrait pouvoir financer ce solde de tout compte sur ses fonds propres, sans faire appel aux caisses publiques, ce qui est aussi un soulagement.

L'EPR finlandais et, par extension Areva, sont devenus un véritable boulet aux pieds de l'État qui a dû procéder à un sauvetage coûteux empêchant la faillite du groupe industriel. Depuis, ses activités ont été affectées à d'autres entreprises : les réacteurs sont désormais gérés par Framatome (EDF), par exemple. Areva n'est plus guère que l'ombre de ce que l'entreprise avait été par le passé.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Areva

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook