Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Assurance chômage : le Medef et la CPME claquent la porte des négociations





Le 29 Janvier 2019, par

Les négociations sur l’assurance chômage sont parties d’un mauvais pied. Le Medef et la CPME, les deux organisations patronales, ont claqué la porte pour protester contre le système de bonus-malus voulu par Emmanuel Macron.


Le patronat refuse tout neuf le système de bonus-malus que veut instaurer l’exécutif afin d’éviter le recours systématique aux contrats courts dans les entreprises. C’est la raison pour laquelle le Medef et la CPME ont décidé de quitter la table des négociations, ces organisations estimant que leur avis ne comptait pas dans ce dossier. La Confédération des petites et moyennes entreprises se « refuser à cautionner une nouvelle forme de taxation des entreprises qui créent de l’emploi », peut-on lire dans le communiqué de l’organisation. 

Vendredi dernier, le chef de l’État avait réitéré sa volonté de mettre en place un bonus-malus sur les contrats courts. La goutte d’eau qui fait déborder le vase pour la CPME, qui explique que ce système n’est pas inscrit dans la lettre de cadrage délivrée par… le propre gouvernement d’Emmanuel Macron. « tous les efforts menés par les négociateurs pour "déprécariser" les contrats courts ont ainsi été balayés d’un revers de main », déplore la confédération.

De son côté, le Medef regrette qu’à en croire le président de la République, le système de bonus-malus va nul et bien se mettre en place en dépit des discussions entre les partenaires sociaux. Pour revenir à la table des négociations — qui doivent s’achever le 20 février —, le Medef demande une « clarification préalable du gouvernement ». Depuis novembre dernier, les partenaires sociaux discutent afin d’aboutir une réforme de l’assurance chômage qui permettrait de dégager 3,9 milliards d’euros d’économies dans les trois prochaines années.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook