Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Au lieu du télétravail : et si les grandes entreprises proposaient à leurs collaborateurs des bureaux à moins de 5 km de chez eux ?





Le 4 Juin 2020, par La Rédaction


Travailler à deux pas de la maison, beaucoup en ont rêvé. Les bureaux se concentrent souvent dans les grandes villes, contraignant les collaborateurs à emprunter les transports en commun pour se rendre sur leur lieu de travail. Et si les grandes entreprises, dont celles du CAC 40, offraient la possibilité à leurs salariés de disposer de bureaux à proximité de leur domicile ?
 
Une autre façon de travailler
 
Avec la pandémie de Coronavirus, les habitudes de travail sont bousculées. Alors que la France est de nouveau déconfinée, beaucoup craignent de voyager dans des transports en commun bondés. Dans presque toutes les villes de France et même ailleurs, les trajets sont source de stress et accentuent la fatigue. Une étude britannique a montré que les employés qui parcourent moins de trente minutes pour se rendre au travail, gagnent en moyenne sept jours de productivité par an en comparaison à ceux effectuant un trajet d’une heure ou plus. Réduire le temps de trajet permet notamment de passer plus de temps en famille.
 
La crise du Coronavirus pose également le problème de la sécurité des salariés. Le ministère du Travail a publié un protocole national de déconfinement destiné aux entreprises. Parmi les différentes mesures est citée la distanciation physique. Toutefois, cette dernière peut être difficile à mettre en place dans les open spaces. Les entreprises devront veiller à moins remplir les espaces de travail voire à mettre en place des horaires décalés. Les grands groupes comme Vinci, Total, Danone, Axa ou Dassault Systèmes qui accueillent des milliers de salariés ont rapidement dû réorganiser leurs locaux pour pouvoir accueillir leurs collaborateurs post-confinement. À la Société Générale, Marie Langlade Demoyen, directrice de la responsabilité sociale au travail du groupe explique dans des propos rapportés par l’Agefi : « toute notre réflexion vise à préserver la santé de nos collaborateurs lors de la reprise d’activité sur sites. Nous avons intégré dans nos scénarios toutes les mesures sanitaires (port du masque, distance sociale…). Plusieurs plans sont à l’étude. Dans nos tours à La Défense où travaillent plus de 15.000 collaborateurs, il y a des contraintes physiques, avec les ascenseurs et les open space par exemple ». Certains salariés vont poursuivre le flex office. Grâce à une connexion à un poste virtuel, les collaborateurs peuvent travailler de n’importe où que ce soit dans l’entreprise, depuis chez eux ou encore dans un espace de coworking. Toutefois, le télétravail peut apporter son lot de contraintes. Chez BNP Paribas, « 38.000 collaborateurs télétravaillent dans le groupe et ses filiales en France », explique Claudine Quévarec, chargée de relations sociales. Avant d’ajouter : « La crise sanitaire du Coronavirus a été un second accélérateur. Elle a nécessité toutefois un renforcement des capacités de nos infrastructures IT de manière significative ». 
 
Des bureaux individuels proches de la maison
 
À l’avenir, les entreprises du CAC 40, mais pas seulement, seront davantage soucieuses de préserver la sécurité de leurs salariés et de leur proposer un espace de travail sûr et propice au bien-être. Elles pourraient permettre à leurs salariés de travailler dans un bureau privatif proche des grandes villes et situé à moins de 5 kilomètres de chez eux, comme ceux proposés par le Groupe LF Immobilier. Cette solution pourrait également être beaucoup moins coûteuse que d’investir dans des locaux plus spacieux pour respecter la distanciation sociale. Pour le collaborateur, avoir un bureau proche de chez soi permet de se rendre au travail à vélo. Un moindre impact carbone mais aussi des frais de transport considérablement réduits voire nuls. 
 
Les collaborateurs pourraient ainsi disposer d’un bureau individuel confortable tout en évitant les contacts avec les autres personnes. Arnaud, qui utilise régulièrement ces bureaux explique : « j’ai des réunions au siège mais lorsque je n’ai pas à m’y rendre je vais dans un bureau de proximité. Je m’assure qu’il est libre et je mets 10 minutes pour y aller. Je préfère ça au télétravail car à 16h30 quand mes enfants rentraient je n’arrivais plus à me concentrer convenablement. J’ai rencontré des collègues que je ne connaissais pas avant, c’est aussi le côté sympa. J’ai gagné en productivité. Cette solution est encore trop rare dans les grandes entreprises alors qu’elle est facile à mettre en œuvre, économique et vraiment géniale pour nous. »  Ce type de bureau peut être mieux adapté au salarié que le télétravail qui nécessite une bonne connexion et un réel espace de travail. De plus, les bureaux de proximité offrent un gain de temps précieux en évitant les transports en commun tout en séparant vie professionnelle et vie personnelle. Pour l’entreprise, ces espaces sont économiques puisque les réservations sont flexibles tant du point de vue de la durée que de l’espace. Ainsi, il est possible de louer des plateaux de bureaux complets ou des bureaux individuels selon les besoins. Ce type d’espaces de travail est disponible à Jouy-en-Josas, Argenteuil, Versailles ou encore Entzheim. Pour tout renseignement : contacter le Groupe LF Immobilier ici .




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook