Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Au premier trimestre, le PIB a chuté mais pas aussi fort qu'annoncé





Le 30 Mai 2020, par Olivier Sancerre

La baisse du produit intérieur brut français a été importante au premier trimestre en raison des mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Mais elle est moins élevée que prévu.


Baisse du PIB de 5,3%

L'Insee a révisé à la baisse la chute du PIB français au premier trimestre. C'est une bonne nouvelle pour l'économie, puisque la baisse est un peu moins forte que dans l'estimation initiale de l'institut : au lieu de -5,8%, le recul est « seulement » de -5,3%. Ce résultat reste une « baisse forte », comme le reconnait l'Insee qui rappelle que le PIB s'était contracté de 0,1% au quatrième trimestre. La France est donc officiellement en récession. Au premier trimestre, la plupart des indicateurs clignotent en rouge. Les dépenses de consommation des ménages a enregistré une baisse inédite de -5,6% (+0,3% au précédent trimestre).

La formation brute de capital fixe dérape à -10,5%, après avoir connu une légère hausse en fin d'année dernière (+0,1%). La demande intérieure (hors stocks) a fortement reculé : elle contribue de -6 points à l'évolution du PIB. Les importations ont baissé de 5,7%, les exportations de 6,1%. La contribution du solde extérieur à l'évolution du PIB s'avère néanmoins nulle, après +0,1 point au quatrième trimestre.

Le revenu disponible reste stable

Cette chute du PIB, due en grande partie aux confinement qui est intervenu mi-mars, n'a cependant pas altéré le revenu disponible brut des ménages. Certes, il diminue mais légèrement à -0,1%, après une progression de +0,9% au dernier trimestre 2019. Le recours au dispositif de chômage partiel a agi comme un filet de secours : la masse salariale a baissé de 1,8%, mais ce recul a été compensé par les prestations sociales en espèces (+2,8%). 

Quant aux prix de la consommation des ménages, ils ont augmenté de 0,3%, après 0,2% en fin d'année dernière. Le pouvoir d'achat recule, mais la baisse se limite à -0,4% (+0,7% au précédent trimestre). Le taux d'épargne a connu une forte progression de 19,6%, après 15,1% au quatrième trimestre. Les Français ont préféré épargner plutôt que consommer, une tendance que le gouvernement voudrait retourner pour relancer l'activité après le déconfinement.



Tags : PIB

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook