Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Automobile : nouvelle baisse du marché européen en octobre





Le 19 Novembre 2020, par La rédaction

Véritable baromètre de l'activité économique, les ventes de voitures ont reculé au mois d'octobre en Europe. Renault et Fiat-Chrysler parviennent toutefois à tirer leur épingle du jeu.


Moins d'un million d'immatriculations neuves

Le mois dernier, il s'est vendu 953.615 véhicules neufs en Europe. Cela représente un recul significatif de 7,8 % par rapport au mois d'octobre 2019, durant lequel les constructeurs automobiles avaient écoulé plus d'un million d'immatriculations neuves. Le marché européen revient en fait à ses niveaux d'il y a deux ans. C'est une déception après le rebond enregistré en septembre, et qui confirme la santé très fragile d'un marché très sensible aux variations de la crise sanitaire. De nombreux pays européens ont annoncé un reconfinement partiel ou total en octobre, avec à la clé des mesures de restriction des déplacements et des fermetures de commerces non essentiels (dont les concessionnaires).

Les principaux marchés du vieux continent sont en chute, à commencer par la France qui baisse de 9,5 %, davantage que la moyenne européenne. C'est encore plus spectaculaire en Espagne avec un recul de 21 %, en Pologne (-14,6 %) et même en Belgique (-9,4 %). L'Allemagne et l'Italie parviennent à tirer leur épingle du jeu avec une baisse de respectivement -3,6 % et - 0,2 % : dans ces deux pays, les concessionnaires sont restés ouverts en octobre.

Renault s'en sort bien

Les constructeurs français s'en sortent avec les honneurs, notamment le groupe Renault avec une croissance des immatriculations de 0,2 %. Celles de PSA baissent de 6,6 % d'une année sur l'autre, mais c'est moins que la moyenne en Europe. BMW accuse le coup avec une chute des immatriculations neuves de 13,5 %, tandis que Volkswagen, le numéro 1 européen, essuie une baisse conséquente de 9,1 %. Fiat-Chrysler, futur partenaire de PSA, est un des rares rescapés de ce jeu de massacre avec une hausse de 3,9 %.

L'année 2020 s'annonce donc particulièrement mauvaise pour l'ensemble des constructeurs automobiles et le marché européen. Avant l'épidémie et la crise sanitaire, les prévisions annonçaient un recul de 2 % du secteur, après six années durant lesquelles il avait affiché une croissance. Mais la pandémie va faire reculer les commandes à un niveau « sans précédent », selon l'ACEA qui regroupe 16 constructeurs actifs en Europe : entre janvier et octobre, ce sont 8 millions de voitures neuves qui ont été vendues, soit 2,9 millions de moins que durant la même période de l'an dernier.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook