Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Avec Vincent Lacoste, l’avenir de la vigne est dans la diversification





Le 30 Avril 2021, par Christine de Langle

J’ai rencontré Vincent Lacoste, vigneron exploitant en Côtes de Bordeaux (Château de Cranne) juste après le coup de gèle dramatique qui a anéanti une partie du vignoble français. À quelques kilomètres, la géographie paraît injuste : dans les Graves, certains vignobles sont détruits à 100 % et dans les côtes de Bordeaux, le Château de Cranne s’en sort avec une perte d’à peine 30 %.


Vincent Lacoste
Vincent Lacoste
Quand on est vigneron, on est philosophe depuis la célèbre maxime antique « in vino, veritas ». Être philosophe c’est savoir composer avec la nature, les aléas climatiques et les maladies de la vigne.

Loin des annonces médiatiques alarmistes, toutes les générations de vignerons ont été confrontées à de gros coups de gel. Qui se souvient du dernier, en 2017 ? Vincent, 6e génération de Lacoste, qui a fait passer l’exploitation familiale en bio, est aussi confronté aux assauts de la maladie, le mildiou, en 2012 puis en 2018. Être philosophe, je vous le disais !
 
Après dix ans de métier, c’est pour lui l’heure d’un premier bilan. Succès du bio, maladie de la vigne, aléas climatiques. Il faut diversifier pour sécuriser les ressources. Un pari sur l’avenir qui dénote un esprit libre et audacieux. Ils ne sont pas si nombreux de sa génération à sortir du tout-production et se lancer dans l’aventure, ce qui lui fait dire sur le mode de la plaisanterie « je fais aussi du vin ! » comme Léonard de Vinci à son futur employeur, le duc de Milan, « je suis aussi peintre » !

Diversifier, mais de quoi parle-t-on ? L’œnotourisme est en plein développement et l’accueil à la propriété permet au client consommateur, tant français qu’étranger, de connaître et comprendre le travail du vigneron. Vincent décide d’aller plus loin et pour célébrer les produits du terroir et son vin bio, il commence par organiser des « apéros brochettes » avec un matériel de restauration haut de gamme puis il continue à susciter la curiosité de manière originale et se lance dans les Escape Game. Pratiqués entre amis ou en famille, ces jeux rencontrent un succès croissant.

Cette fois Vincent ouvre une partie de la propriété dans laquelle les participants se retrouvent pour résoudre les énigmes du Secret des Lacoste ou de la Convoitise du Bio et célébrer leur victoire autour d’un bon verre. Ce sont les enquêtes du Château de Cranne. Une autre diversification sera en place l’été prochain, une chasse au trésor dans les vignes, à travers un parcours Nature grâce à l’affiliation au réseau Terra Aventura, initiative présente dans toutes les régions française et mise en valeur par les offices de tourisme. Grâce à une application téléchargeable sur Smartphone, une balade originale de quelques kilomètres vous est proposée pour découvrir des lieux insolites grâce à des jeux et des anecdotes.

Point de départ du parcours à Donzac proche du Vignoble Lacoste, Château de Cranne, et c’est parti pour un parcours-jeu de 8 km à la découverte de l’histoire du seigneur de Cranne au XIIIe siècle nouvellement adoubé par le roi d’Angleterre. Sa première décision, une nouvelle levée d’impôts, est évidemment très mal accueillie. Les vignerons de Donzac, de fortes têtes, tiennent tête au seigneur, une charte d’entente scelle leur victoire. Ils y gagnent le surnom de « crâneurs ». Au Château de Cranne, bon sang ne saurait mentir, la fierté et l’amour du terroir sont toujours là pour tenir tête à l’adversité et susciter l’innovation !
 
Revenons à la production, là aussi, Vincent Lacoste n’arrête pas d’innover. C’est la valse des étiquettes, non pas sur les prix, mais… sur les bouteilles. Une originalité qui attire le regard et fait décoller les ventes à l’exportation, notamment en Chine. Connaissez-vous Nono ? Dessinateur de presse pour Le Télégramme et Ouest-France et auteur de bandes dessinées, il a enseigné la philosophie.

Pendant ses études, il vient faire les vendanges au Château de Cranne chez les parents de Vincent. Vous vous souvenez ? « in vino veritas » ! Une amitié nait et cela devient une affaire de famille : après avoir dessiné de nombreuses étiquettes qui attirent un large public attaché à son humour potache (« Domaine de Cranne… mais pas de mal de cranne » !), mais aussi les clients professionnels qui en bio ont une belle ouverture d’esprit, c’est aujourd’hui sa fille Marion qui reprend le pinceau ! La famille est un pilier pour Vincent qui songe déjà à 41 ans à sa succession (son fils Brieuc et ses filles Héloïse et Aliénor). Il rend un hommage appuyé à ses parents qui ont su transmettre à 50 ans. Une décision suffisamment rare pour être soulignée, car dans la génération des baby-boomers on a plutôt tendance à transmettre trop tard. Les enfants ont déjà pris d’autres chemins et les vignobles disparaissent ou passent en d’autres mains.
 
Vincent Lacoste est un vigneron qui aime sa terre et la respecte. Il a l’humilité et la sagesse de ceux qui dépendent de la nature. Il a la créativité et la réactivité du patron qui cherche à anticiper. Il a la curiosité toujours en alerte pour capter les tendances du moment. Mais, il connaît la valeur du temps long qui lui permet de relativiser les catastrophes climatiques. Vincent vigneron et philosophe, sait remplir le temps libre qui lui reste (!) par des livres de géopolitique, d’histoire, de débats scientifiques, un vigneron fier de son terroir et à l’écoute du monde.

Christine de Langle

https://chateaudecranne.fr/    


Vitis













Rss
Twitter
Facebook