Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Avec la Switch, Nintendo tente de s'installer dans les salons… et dans les poches





Le 5 Mars 2017, par

Nintendo s'est relancé dans la course à la console de salon. La Switch, dernière création du constructeur japonais, est disponible dans le commerce depuis le 3 mars. Elle brouille les frontières entre la sédentarité et la mobilité.


La Switch est autant une tablette qu'une console de salon : on peut la laisser sur son socle branché sur le téléviseur, ou l'emporter avec soi pour jouer n'importe où. La console est vendue 299 euros, un tarif élevé alors que la concurrence — Xbox chez Microsoft, PlayStation chez Sony — est déjà bien installée dans les salons. Mais Nintendo a quelques arguments à faire valoir.

Techniquement d'abord. Nintendo est passé maître dans la polyvalence : ainsi, les deux manettes disposées de part et d'autre de la tablette peuvent se détacher pour être utilisés par deux joueurs ou dans une configuration de semi-mobilité (la tablette posée sur une table, par exemple). L'entreprise met également en avant les possibilités multi-joueurs : ce sont jusqu'à huit appareils qui pourront se connecter pour permettre aux joueurs de s'affronter ou de coopérer.

La mobilité est également un des points forts de la Switch, alors que le jeu sur smartphone s'est largement démocratisé. Néanmoins, la console n'est pas exempte de défauts, à commencer par une autonomie de 6 heures maximum, qui dans les faits ne dépasse pas les 2h30 avec les titres les plus exigeants. Et puis le catalogue de jeux au lancement est très limité : trois jeux « triple A » en tout, plus une petite poignée de classiques vendus au prix fort.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : nintendo

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook