Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BP signe la plus mauvaise année de son histoire





Le 2 Février 2016, par

La baisse du prix du baril a un impact majeur sur les compagnies pétrolières et leurs résultats. Ceux dévoilés par BP sont symptomatiques de la tendance : le groupe accuse tout simplement la plus forte perte de son histoire.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Sur l'ensemble de l'année 2015, BP affiche une perte colossale de 6,5 milliards de dollars, alors que l'année précédente l'entreprise avait généré un bénéfice de 3,78 milliards. La perte de 2015 est encore plus importante que celle de 2010, après la marée noire catastrophique du golfe du Mexique. BP avait alors accusé des pertes de 3,72 milliards de dollars.

Le résultat pour l'an dernier intègre une dépréciation des actifs de 2,6 milliards, qui reflète la baisse continue des prix du pétrole. Depuis le mois de juin 2014, les cours du brut sont en baisse de 70% environ : BP, comme les autres entreprises du secteur, n'échappe pas à la conjoncture.

BP a d'ailleurs annoncé plusieurs mesures afin de tenir le coup : la société a annoncé 3 000 suppressions de postes… sans toutefois toucher aux dividendes versés aux actionnaires (10 pences par action). Le secteur pétrolier dans son ensemble a renoncé à beaucoup de projets de forage et d'exploration en attendant des jours meilleurs.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bp

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris



Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

















Rss
Twitter
Facebook